Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Japon promet deux milliards de dollars aux pays en développement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/10/2010

Dans le cadre d'un sommet regroupant 193 délégations étrangères à Nagoya (Japon), Tokyo s'est engagé à verser 2 milliards de dollars sur trois ans pour aider les pays en développement à préserver leur diversité biologique.

AFP - Le Premier ministre japonais, Naoto Kan, a annoncé mercredi à Nagoya (centre) une aide de deux milliards de dollars sur trois ans aux pays en développement pour sauvegarder la biodiversité.
   
"Nous allons lancer une initiative visant à soutenir les efforts des pays en développement pour élaborer leurs stratégies nationales et les mettre en place", a indiqué M. Kan devant les représentants des quelque 190 pays membres de la Convention sur le diversité biologique (CDB).
   
"Nous allons fournir une aide de deux milliards de dollars sur trois ans à compter de 2010", a-t-il ajouté.
   
Sollicité par l'AFP, un membre du cabinet du Premier ministre a indiqué que cette somme serait composée à la fois de dons et de prêts, mais n'a pas précisé dans quelles proportions.
   
Le question de l'aide financière aux pays en développement est l'un des points-clé de la négociation en cours.
   
Les deux autres éléments centraux sont la fixation d'objectifs mondiaux pour 2020 (pourcentage d'aires protégées sur terre et sur mer par exemple) et la mise en place d'un accord sur les conditions d'accès des industries du Nord aux ressources génétiques des pays du Sud.
   
"C'est une très bonne nouvelle, car il est clair que la question du financement est une question clé dans la négociation", a déclaré à l'AFP la secrétaire d'Etat française à l'Ecologie, Chantal Jouanno.
   
Mme Jouanno a qualifié le climat des négociations de "positif". "Nous ne sommes pas du tout dans la même configuration qu'à Copenhague", a-t-elle précisé, en référence au sommet sur le climat qui a eu lieu en décembre 2009 dans la capitale danoise et a abouti, dans la douleur, à un accord a minima sans objectifs chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
   
Greenpeace a de son côté salué l'annonce japonaise, estimant qu'elle renforçait les chances d'aboutir à un accord d'ici la fin de la semaine.
   
"Le fait que le Japon avance des chiffres concrets pour protéger la vie sur terre est un bon début", a déclaré à l'AFP Wakao Hanaoka, chargé des océans au sein de l'organisation écologiste. "Nous espérons que cela incitera les autres pays à faire de même".
   
L'Union européenne a indiqué qu'elle ne ferait pas d'annonce similaire à Nagoya, soulignant que l'Europe dans son ensemble fournissait déjà aux pays en développement une aide pour la biodiversité représentant un milliard d'euros par an.
   
Le Premier ministre japonais a appelé la centaine de ministres de l'Environnement qui ont rejoint les négociations mercredi, à redoubler d'efforts pour aboutir à un accord vendredi.
   
"Lorsque tout le monde sera tombé d'accord sur les objectifs post-2010, le Japon sera prêt à montrer l'exemple pour les atteindre", a-t-il dit à la tribune.

Première publication : 27/10/2010

  • ENVIRONNEMENT

    Le sommet sur la biodiversité réunit les dirigeants de 193 pays à Nagoya

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)