Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

FRANCE

Le bénéfice record de Molex provoque l'ire du gouvernement français

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 28/10/2010

Molex, qui refuse de financer le plan social de son usine française fermée en 2009, a fait état d'un bénéfice record au troisième trimestre. De quoi provoquer l'ire des anciens salariés du groupe américain et celle du gouvernement français.

L’annonce ce mercredi d’un bénéfice record par l’équipementier automobile américain Molex a fait bondir le gouvernement français. En annonçant un chiffre d’affaires, en hausse de 33 %, s’élèvant à 898 millions de dollars (649 millions d'euros) et un bénéfice net de 75 millions de dollars (54 millions d'euros), la pilule est mal passée à l’Élysée.

Et pour cause, en juin 2009, à la suite de la fermeture de son entreprise française à Villemur-sur-Tarn - qui avait mis sur le carreau quelque 283 salariés - Molex avait annoncé qu'il allait cesser de financer le plan social. À l’état français de se charger d’indemniser les anciens salariés ! Christian Estrosi, le ministre de l’Industrie, ne cache pas sa colère.

"L'annonce ce matin du fait que Molex ait dégagé des millions (de dollars, NDLR) de bénéfices dont 15 % seront redistribués à leurs actionnaires est une démarche de mépris la plus totale, que ce soit à l'égard des salariés de Molex mais aussi du gouvernement français et de la justice de la France", a-t-il affirmé.

Estrosi demande à Renault et PSA de suspendre tout échange commercial avec Molex

D'anciens salariés de Molex se sont dits écoeurés. "On met 300 personnes en difficulté pour pouvoir rémunérer quelques actionnaires. Et en plus, ils ne veulent pas payer le plan social. C'est parfaitement dégueulasse", s'est indigné Guy Pavan, ancien délégué CGT de l'usine.

Même réaction de Lionel Garrigues, ex-délégué CFDT de Molex. Il dénonce une "provocation" de Molex, qui illustre l'"impuissance du gouvernement". "Annoncer de tels bénéfices et ne plus vouloir financer le plan social, c'est se foutre de la gueule des gens."

En représailles, le ministre de l’Industrie a fait savoir qu'il avait demandé aux groupes automobiles Renault et PSA de ne plus avoir "le moindre échange commercial" avec Molex. Une annonce qui a laissé sceptique Ana Rodriguez, la vice-présidente du groupe américain, qui déplore l'"attitude agressive de la France".

De son côté, le Parti socialiste a dénoncé tous azimuts l’attitude de Molex et la réaction du gouvernement. "Face à ces pratiques scandaleuses, la seule réaction du ministre de l’Industrie est d’appeler les constructeurs français à ne plus avoir le moindre échange commercial avec l’équipementier américain. Une fois de plus, le gouvernement se contente d’effets d’annonces et aucune véritable mesure ne va être prise", écrivent dans un communiqué les secrétaires nationaux PS Guillaume Bachelay (industrie) et Alain Vidalies (emploi).

Première publication : 27/10/2010

COMMENTAIRE(S)