Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FRANCE

Vols suspects en série chez les journalistes travaillant sur l'affaire Bettencourt

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 28/10/2010

Quinze jours après le vol d'ordinateurs de journalistes du "Monde" et du "Point" travaillant sur l'affaire Bettencourt, des enregistrements audio ont été dérobés dans les locaux de Mediapart, a annoncé mercredi le site Web.

Des enregistrements réalisés chez Liliane Bettencourt, qui avaient donné un tour politique à l'affaire Bettencourt après leur révélation en juin par Médiapart, ont été volés dans les locaux du site d'investigation, a annoncé mercredi ce dernier.
   
Ce vol, ainsi que celui de deux ordinateurs portables et d'un disque dur externe, est intervenu quinze jours avant celui des ordinateurs de journalistes du Monde et du Point travaillant sur l'affaire Bettencourt, précise Médiapart.

"Deux ordinateurs portables (...) un disque dur externe contenant des données confidentielles et deux cédéroms regroupant les fameux enregistrements réalisés chez Liliane Bettencourt ont disparu", explique Médiapart.
   
Une plainte a été déposée pour ce cambriolage commis dans la nuit du 7 au 8 octobre.
   
"Si ce cambriolage n'est juste le fait d'un maraudeur mais une opération organisée, elle ne nous impressionne pas plus que cela, car nous la voyons plutôt comme un signal adressé à nos sources potentielles", a expliqué à l'AFP François Bonnet, directeur éditorial de Médiapart.
   
"Nous le disons avec prudence, mais il s'agit sans doute de faire peur à nos interlocuteurs, une façon de leur dire, si vous parlez aux journalistes, on saura que vous l'avez fait".
   
Mediapart n'avait pas jugé nécessaire de médiatiser ce cambriolage "jusqu'à ce que l'on apprenne que les journalistes du Monde et du Point avaient été victimes de vols similaires, dans la soirée du jeudi 21 octobre", selon le site d'information.
   
Dans un premier temps, Médiapart n'avait constaté que le vol des deux ordinateurs, mais mardi soir, "nous avons recherché ce qui manquait et c'est là que nous avons découvert la disparition d'un disque dur externe et des deux cédéroms", a précisé François Bonnet.
   
"Les deux cédéroms contenant l'intégralité des enregistrements effectués clandestinement au domicile de Liliane Bettencourt par son ancien majordome et dont la diffusion a lancé l'affaire, le 16 juin", rappelle le site.
   
"Les cédéroms étaient rangés dans l'un des tiroirs où Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme rangent leurs documents, sous le bureau du premier nommé. Sur la base de ces nouveaux éléments, Mediapart précisera aujourd'hui (mercredi) au commissariat du XIIe les termes de sa plainte du 8 octobre", ajoute le site.
   
L'ordinateur portable du journaliste du Point Hervé Gattegno a été volé samedi au siège du journal. Le même jour, l'ordinateur d'un autre journaliste du quotidien "Le Monde", Gérard Davet, a été dérobé à son domicile.

 

Première publication : 28/10/2010

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    La juge Prévost-Desprez, en charge du dossier Banier, désavouée

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Le parquet ordonne des investigations pour "violation du secret de l'enquête"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Liliane Bettencourt porte plainte contre sa fille pour "violences morales"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)