Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

Moyen-orient

Hassan Nasrallah appelle au boycott du Tribunal spécial sur le Liban

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/10/2010

Le leader du Hezbollah a appelé les Libanais à boycotter le TSL, chargé d'enquêter sur l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri. "Toute coopération [...] avec les enquêteurs équivaudrait à une attaque contre la résistance", a-t-il prévenu.

AFP - Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a exhorté jeudi les Libanais à boycotter le tribunal de l'ONU chargé d'enquêter sur l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri, affirmant que toute coopération avec les enquêteurs serait une "agression" contre le mouvement chiite.
   
Cette déclaration intervient au moment même où à New York l'envoyé spécial de l'ONU au Liban jugeait que la situation dans ce pays était "hyper dangereuse" et que l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU accusait la Syrie et l'Iran de continuer à armer le Hezbollah.
   
Nasrallah s'exprimait au lendemain d'un incident impliquant des enquêteurs du Tribunal spécial sur le Liban (TSL) qui se sont vu empêcher mercredi l'accès à des dossiers dans une clinique gynécologique de la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah, après une altercation avec des femmes.
   
Cet épisode, selon lui, l'a conduit à s'exprimer sur "le comportement des enquêteurs du bureau du procureur général du tribunal".
   
"Nous avons atteint un point sensible et très dangereux qui touche à notre honneur et amour propre, et cela requiert de nous une position différente", a dit le chef du puissant parti chiite lors d'une allocution diffusée par la chaîne Al-Manar du Hezbollah.
   
"J'appelle tous les Libanais, citoyens (...) et hommes politiques, à boycotter les enquêteurs de ce tribunal et cesser toute coopération avec eux". "Toute coopération supplémentaire avec ces enquêteurs équivaudrait à une attaque contre la résistance" (le Hezbollah, ndlr), a-t-il dit.
   
"Face à ce comportement scandaleux des enquêteurs (...) nous demandons à tout responsable et tout citoyen libanais de les boycotter et de ne pas coopérer avec eux".
   
"Tout ce qui leur est fourni parvient aux Israéliens. La spoliation, ça suffit!", a-t-il ajouté. "Continuer à coopérer avec eux (les enquêteurs, ndlr) contribue encore plus à la spoliation du pays et à l'agression contre la résistance".
   
Toutes les données collectées par les enquêteurs "parviennent à des services de sécurité étrangers et à Israël", a-t-il insisté.
   
Il s'est demandé pourquoi les enquêteurs s'étaient intéressés "aux dossiers médicaux de nos femmes?", affirmant que la clinique en question est "la plus fréquentée par les épouses, filles et soeurs des responsables du Hezbollah".
   
Mercredi, deux enquêteurs avaient demandé des renseignements sur des patientes à la responsable de la clinique et s'apprêtaient à quitter les lieux quand une trentaine de femmes s'en étaient pris à eux.
   
Le procureur du TSL, Daniel Bellemare, a affirmé que cet incident n’empêcherait pas son bureau de poursuivre sa mission.
   
Le TSL a été mis en place par l'ONU pour enquêter sur l'assassinat en février 2005 à Beyrouth de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri.
   
Un bras de fer oppose le camp de Saad Hariri, Premier ministre et fils de Rafic, à celui du Hezbollah, qui accuse le TSL d'être "politisé" et d'avoir basé son enquête sur de faux témoignages.
   
Le mouvement chiite s'attend à ce que le TSL accuse des membres du parti d'implication dans le meurtre.
   
Selon Nasrallah, l'acte d'accusation du TSL est rédigé depuis 2006, et c'est le même qui a été publié dans Der Spiegel et Le Figaro (...) et j'en ai été informé en 2008", a-t-il affirmé.
   
Toujours selon lui, "les Etats-Unis font en sorte que l'acte d'accusation soit dressé plus tôt que la date prévue en décembre".
   
A New York, l'envoyé spécial de l'ONU au Liban, Terje Roed Larsen, a affirmé jeudi qu'il était urgent de désarmer les groupes comme le Hezbollah, mettant en garde contre "un ouragan qui souffle" sur le Proche-Orient.
   
L'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice, a de son côté accusé l'Iran et la Syrie de continuer à armer le Hezbollah qui exerce, selon elle, une influence "destructrice et déstabilisante" dans la région.
   

 

Première publication : 29/10/2010

  • LIBAN

    L'explosion qui a tué Rafic Hariri reconstituée en France

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Le Tribunal spécial pour le Liban pris pour cible par Damas

    En savoir plus

  • LIBAN

    Le Hezbollah diffuse des "images israéliennes" du site du meurtre de Hariri

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)