Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Amériques

Le décès de Nestor Kirchner déstabilise la scène politique nationale

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/10/2010

La mort du l'ex-président à un an d'une élection présidentielle à laquelle il envisageait de se présenter bouleverse la scène politique argentine. Jeudi, les Argentins et les chefs d'État d'Amérique latine lui ont rendu hommage à Buenos Aires.

AFP - Des milliers d'Argentins sont venus jeudi au palais présidentiel à Buenos Aires pour rendre hommage à Nestor Kirchner, époux de la présidente Cristina Kirchner et ancien chef de l'Etat (2003-2007), dont la mort ouvre une période d'incertitude à un an des élections.
   
Même s'il avait renoncé à briguer un second mandat en 2007, préférant alors soutenir sa femme, Nestor Kirchner gouvernait en tandem avec elle, selon les analystes, et envisageait de se représenter l'an prochain ou d'appuyer une nouvelle candidature de son épouse.
   
Une foule nombreuse, parmi lesquelles beaucoup de petites gens, s'étirant sur des

centaines de mètres, se pressait autour de la Casa Rosada (la Maison Rose) pour accéder à la chapelle ardente dressée en hommage au dirigeant de centre-gauche, décédé d'une crise cardiaque mercredi à l'âge de 60 ans.
   
La veillée funèbre a commencé vers 10h00 (13h00 GMT) sous un soleil printanier et 2.500 personnes accédaient à la chapelle ardente par heure, selon la police.
   
"Olé, Olé, Olé, Nestor..., Nestor...", chantaient des jeunes militants, dont certains étaient enroulés dans des drapeaux argentins bleu et blanc.
   
Mme Kirchner, 57 ans, est arrivée en fin de matinée, avec ses deux enfants, Maximo, 32 ans, et Florencia, 19 ans, dans sa première apparition publique depuis le décès de son mari.
   
Des ministres et des présidents sud-américains se tenaient aussi à côté du cercueil fermé et recouvert du drapeau argentin.
   
Une membre des Grand-mères de la place de Mai, organisation recherchant les enfants des disparus de la dictature (1976-1983), a retiré son foulard blanc emblématique et l'a posé sur le cercueil de Nestor Kirchner, qui avait contribué à rouvrir les procès des militaires.
   
Diego Maradona, l'ancienne vedette du football argentin, a embrassé Mme Kirchner et ses enfants, avant de toucher le cercueil. "Il m'a toujours semblé être quelqu'un qui se battait pour ses idéaux", a-t-il dit.
   
Dehors, le drapeau était en berne et des fleurs et des messages s'accumulaient devant les grilles.
   
L'ancien président doit être inhumé vendredi dans l'intimité à Rio Gallegos, sa ville natale dans le sud de l'Argentine.
   
"C'était un grand", a dit Raimunda, 62, un bouquet de roses rouges à la main.
   
Graciela Benitez a attendu 19 heures pour être parmi les premiers à entrer. "Je ressens une grande douleur mais j'ai aussi beaucoup d'espoir car je suis convaincue que la présidente Cristina Fernandez de Kirchner prendra le relais, puisque Cristina et Nestor c'est la même chose", a-t-elle estimé.
   
Mais la succession au sein du parti péroniste, dont Nestor Kirchner était le chef, est désormais ouverte, et Mme Kirchner devra veiller à ne pas être débordée à un an de l'élection présidentielle, alors que le mouvement est divisé.
   
Le vice-président du parti, le gouverneur de la province de Buenos Aires, Daniel Scioli, très populaire y compris chez les péronistes passés dans l'opposition (péronisme fédéral) et de plus en plus indépendant, pourrait tenter de réunifier le mouvement.
   
Pour les rivaux péronistes les plus farouches de Nestor Kirchner, sa disparition facilite la réconciliation, mais une réunification pourrait compliquer la situation des derniers alliés du kirchnérisme, tel le responsable de la Confédération générale du travail (CGT), Hugo Moyano, qui a relancé la candidature de Mme Kirchner à un nouveau mandat en 2011.
   
La disparition de Nestor Kirchner pourrait se traduire par une hausse de la popularité de son épouse, qui ne dépasse pas 35% d'opinions favorables.
   
Elle pourrait néanmoins refuser l'ouverture et persévérer dans la voie de son mari, en conflit avec les agriculteurs, les industriels, les médias, l'Eglise, la Cour Suprême et le Congrès.
  

Première publication : 29/10/2010

  • ARGENTINE

    Le pays rend hommage à Nestor Kirchner

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    L'ancien président péroniste Nestor Kirchner est décédé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)