Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

Amériques

Le décès de Nestor Kirchner déstabilise la scène politique nationale

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/10/2010

La mort du l'ex-président à un an d'une élection présidentielle à laquelle il envisageait de se présenter bouleverse la scène politique argentine. Jeudi, les Argentins et les chefs d'État d'Amérique latine lui ont rendu hommage à Buenos Aires.

AFP - Des milliers d'Argentins sont venus jeudi au palais présidentiel à Buenos Aires pour rendre hommage à Nestor Kirchner, époux de la présidente Cristina Kirchner et ancien chef de l'Etat (2003-2007), dont la mort ouvre une période d'incertitude à un an des élections.
   
Même s'il avait renoncé à briguer un second mandat en 2007, préférant alors soutenir sa femme, Nestor Kirchner gouvernait en tandem avec elle, selon les analystes, et envisageait de se représenter l'an prochain ou d'appuyer une nouvelle candidature de son épouse.
   
Une foule nombreuse, parmi lesquelles beaucoup de petites gens, s'étirant sur des

centaines de mètres, se pressait autour de la Casa Rosada (la Maison Rose) pour accéder à la chapelle ardente dressée en hommage au dirigeant de centre-gauche, décédé d'une crise cardiaque mercredi à l'âge de 60 ans.
   
La veillée funèbre a commencé vers 10h00 (13h00 GMT) sous un soleil printanier et 2.500 personnes accédaient à la chapelle ardente par heure, selon la police.
   
"Olé, Olé, Olé, Nestor..., Nestor...", chantaient des jeunes militants, dont certains étaient enroulés dans des drapeaux argentins bleu et blanc.
   
Mme Kirchner, 57 ans, est arrivée en fin de matinée, avec ses deux enfants, Maximo, 32 ans, et Florencia, 19 ans, dans sa première apparition publique depuis le décès de son mari.
   
Des ministres et des présidents sud-américains se tenaient aussi à côté du cercueil fermé et recouvert du drapeau argentin.
   
Une membre des Grand-mères de la place de Mai, organisation recherchant les enfants des disparus de la dictature (1976-1983), a retiré son foulard blanc emblématique et l'a posé sur le cercueil de Nestor Kirchner, qui avait contribué à rouvrir les procès des militaires.
   
Diego Maradona, l'ancienne vedette du football argentin, a embrassé Mme Kirchner et ses enfants, avant de toucher le cercueil. "Il m'a toujours semblé être quelqu'un qui se battait pour ses idéaux", a-t-il dit.
   
Dehors, le drapeau était en berne et des fleurs et des messages s'accumulaient devant les grilles.
   
L'ancien président doit être inhumé vendredi dans l'intimité à Rio Gallegos, sa ville natale dans le sud de l'Argentine.
   
"C'était un grand", a dit Raimunda, 62, un bouquet de roses rouges à la main.
   
Graciela Benitez a attendu 19 heures pour être parmi les premiers à entrer. "Je ressens une grande douleur mais j'ai aussi beaucoup d'espoir car je suis convaincue que la présidente Cristina Fernandez de Kirchner prendra le relais, puisque Cristina et Nestor c'est la même chose", a-t-elle estimé.
   
Mais la succession au sein du parti péroniste, dont Nestor Kirchner était le chef, est désormais ouverte, et Mme Kirchner devra veiller à ne pas être débordée à un an de l'élection présidentielle, alors que le mouvement est divisé.
   
Le vice-président du parti, le gouverneur de la province de Buenos Aires, Daniel Scioli, très populaire y compris chez les péronistes passés dans l'opposition (péronisme fédéral) et de plus en plus indépendant, pourrait tenter de réunifier le mouvement.
   
Pour les rivaux péronistes les plus farouches de Nestor Kirchner, sa disparition facilite la réconciliation, mais une réunification pourrait compliquer la situation des derniers alliés du kirchnérisme, tel le responsable de la Confédération générale du travail (CGT), Hugo Moyano, qui a relancé la candidature de Mme Kirchner à un nouveau mandat en 2011.
   
La disparition de Nestor Kirchner pourrait se traduire par une hausse de la popularité de son épouse, qui ne dépasse pas 35% d'opinions favorables.
   
Elle pourrait néanmoins refuser l'ouverture et persévérer dans la voie de son mari, en conflit avec les agriculteurs, les industriels, les médias, l'Eglise, la Cour Suprême et le Congrès.
  

Première publication : 29/10/2010

  • ARGENTINE

    Le pays rend hommage à Nestor Kirchner

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    L'ancien président péroniste Nestor Kirchner est décédé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)