Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Sports

Les cyclistes du Tour pourraient être contrôlés la nuit

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/10/2010

Les cyclistes du prochain Tour de France, suspectés de dopage, pourraient être contrôlés en pleine nuit. C'est l'une des conclusions du rapport de l'Agence mondiale antidopage qui voudrait rendre plus efficace sa stratégie des contrôles.

AFP - Les coureurs du Tour de France suspectés de dopage devraient être testés en pleine nuit, suggèrent dans un rapport publié jeudi les observateurs indépendants de l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui invitent le cyclisme à être encore plus mordant dans sa stratégie de contrôles.

Après avoir été accusée l'an dernier d'incompétence et de favoritisme par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), l'Union cycliste internationale (UCI) avait invité l'Agence mondiale à venir surveiller le dispositif mis en place sur la Grande Boucle en juillet.

Les six observateurs de l'AMA, qui se sont relayés en deux équipes sur l'épreuve, jugent d'emblée que "le programme antidopage sur le Tour 2010 était de bonne qualité". Et rappellent que rares sont les sports à mener une politique antidopage aussi poussée que le cyclisme.

S'ils ne relèvent aucune erreur majeure ou défaillance grossière, ils notent cependant que la stratégie de contrôles antidopage gagnerait à être moins prévisible et plus agressive.

"Au début du Tour, l'équipe d'observateurs a senti que les heures de contrôles restaient trop prévisibles et que les tests à l'arrivée d'une étape pesaient trop lourdement (en proportion) par rapport aux missions menées tôt le matin ou tard le soir", écrivent-il.

Les contrôles inopinés étaient presque attendus par les coureurs, selon les observateurs, puisqu'ils survenaient toujours avant les étapes difficiles, notamment celles de montagne, ou les jours de repos.

Sans jamais donner de noms, ils s'étonnent que quelques coureurs sur lesquels pesaient de forts soupçons n'aient été que rarement contrôlés par surprise. Que l'un ait même échappé à tout contrôle entre avril et le coup d'envoi à Rotterdam. Et que pour d'autres des contrôles ciblés aient tardé malgré les recommandations du laboratoire.

Arrivée plus discrète

L'arrivée des contrôleurs dans les hôtels devrait aussi être plus discrète. "A deux occasions, l'équipe d'observateurs a pu voir clairement deux personnes regardant le parking depuis leur fenêtre, à moitié cachées par le rideau, tout comme un membre de l'équipe assis à l'entrée de l'hôtel, qui a immédiatement utilisé son téléphone portable", relate le rapport.

"Il est essentiel qu'à l'avenir une approche plus variée, ciblée et agressive pour attraper les coureurs soit une priorité pour l'UCI", font valoir les observateurs.

Ainsi, ils invitent la fédération à "considérer sérieusement à mettre fin à la règle informelle et au confort voulant que les coureurs ne soient pas contrôlés au milieu de la nuit, comme ils le savent tous bien".

Tout en sachant la levée de bouclier qu'une telle mesure peut susciter. Car à l'heure actuelle, nombre de sportifs voient déjà comme une large atteinte à leur vie privée le fait de pouvoir être dérangés pour donner leur sang ou leur urines entre 6h00 du matin et 11h00 du soir.

Le rapport évite de s'étendre sur le contrôle anormal d'Alberto Contador, le vainqueur de l'épreuve, dont le cas révélé fin septembre est toujours sous investigation.

Mais il déplore en toutes lettres la guerre que se mènent les deux autorités de contrôle, à savoir la fédération sportive (UCI) et l'agence nationale antidopage (AFLD).

"La lutte contre le dopage est assez difficile comme cela en temps heureux, aussi le manque de coopération et de confiance évident entre l'UCI et l'AFLD lors du Tour était extrêmement décevant à observer", écrivent les observateurs, qui appellent les deux organismes à des "discussions urgentes" pour plus d'efficacité en 2011.

Première publication : 29/10/2010

  • CYCLISME

    "Je n'ai aucun doute sur mon innocence", affirme Alberto Contador

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Contador suspendu après un contrôle antidopage suspect sur le Tour de France

    En savoir plus

  • CYCLISME

    La popularité de Lance Armstrong serait-elle en train de dérailler aux États-Unis ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)