Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

Amériques

Dilma Rousseff devient la première présidente du pays

Vidéo par Nicolas RANSOM

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/11/2010

Candidate du Parti des travailleurs et dauphine du président sortant Lula, Dilma Rousseff devient la première femme élue à la tête du Brésil. Elle a battu le social-démocrate José Serra au second tour de l'élection présidentielle.

Dilma Rousseff devient la première femme élue à la tête du Brésil. La candidate du parti au pouvoir, le Parti des travailleurs (PT), a remporté dimanche le second tour de l’élection présidentielle brésilienne face au social-démocrate José Serra.

La dauphine du président sortant Luiz Inacio Lula da Silva a obtenu près de 56 % des suffrages, contre 44 % en faveur de son adversaire, selon des chiffres officiels.
 
"Dilma Rousseff était inconnue de la plupart des Brésiliens il y a encore quelques mois et, aujourd’hui, elle bat José Serra, un vieux routard de la politique, souligne Pierre-Ludovic Viollat, correspondant de France 24 à Sao Paulo. C’est un grand pari que vient de remporter le président sortant Lula : celui de transférer sa popularité sur Dilma Rousseff." Après huit ans à la tête du pays, Luiz Inacio Lula da Silva jouit d’une cote de popularité hors norme - plus de 82 % de bonnes opinions - auprès des Brésiliens. Sous son mandat, le Brésil s’est hissé au neuvième rang des puissances mondiales et est devenu le leader de l’Amérique du Sud.
 
Élue, Dilma Rousseff doit désormais faire ses preuves. "Il faut maintenant qu’elle montre qu’elle n’est pas seulement une marionnette dans les mains de Lula, comme le disent ses adversaires, commente Pierre-Ludovic Viollat. Elle a une carrure de technocrate, mais pas forcément celle d’une femme politique."
 
À 62 ans, Dilma Rousseff, qui fut guérillera à l'époque de la dictature militaire, n’a jamais remporté de mandat électif. Tour à tour secrétaire d’État à l’Énergie dans l’État de Rio Grande do Sul, dans le sud du Brésil, puis ministre de l’Énergie et enfin chef de cabinet de Lula, cette fille d’immigrant bulgare n’avait jamais visé la magistrature suprême avant que Lula ne l’adoube en 2010.
 
Campagne de dénigrement
 
La date du scrutin a joué en faveur de la candidate du PT. Au cours du week-end prolongé de la Toussaint, de nombreux électeurs de la classe aisée de la population, plutôt favorable à José Serra, sont partis en villégiature et ne se sont pas rendus aux urnes.
 
Reste que la victoire de Dilma Rousseff ne faisait guère de doute. Les résultats sont d'ailleurs à peu près conformes aux dernières enquêtes d’opinion parues dimanche. Mais ces résultats sont loin de ceux qu’elle pouvait espérer à la veille du premier tour. À l'époque, la candidate caracolait dans les sondages, devançant de 25 points son principal concurrent.
 
Sans pour autant renverser l’élection, la violente campagne de dénigrement menée par le camp de José Serra à son encontre pendant les trois semaines de l’entre-deux-tours a donc réussi à l’affecter. Les milieux conservateurs et religieux ont notamment ressorti une vidéo datant de 2007 dans laquelle Dilma Rousseff se déclarait favorable à l’avortement. "Il s’agit d’une question de santé publique, et non de savoir ce que je pense en mon for intérieur", avait-elle alors assuré.
 
Dans un pays où neuf personnes sur dix se déclarent chrétiennes, ces propos ont déclenché une intense polémique et fait chuter les intentions de vote en sa faveur. La candidate avait tenté de redorer son image auprès des électeurs chrétiens en promettant de ne pas toucher à la loi sur l’avortement si elle était élue. 

Première publication : 01/11/2010

  • BRÉSIL

    Dilma Rousseff et le "miracle économique" en héritage

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Les femmes de pouvoir dans le monde

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Les deux candidats concluent leur campagne à Belo Horizante

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)