Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

Les sunnites au pouvoir conservent la majorité absolue au Parlement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/10/2010

Les électeurs étaient appelés, samedi, aux urnes pour le second tour des municipales et des législatives. Les sunnites au pouvoir ont conservé la majorité absolue au Parlement.

REUTERS- Les sunnites au pouvoir ont conservé la majorité absolue au Parlement après le second tour des élections législatives, selon les résultats publiés
dimanche.

Les sunnites étaient menacés de perdre la majorité absolue des 40 sièges de la chambre basse mais le groupe laïque Waad, qui compte des sunnites et des chiites dans ses rangs, a perdu les deux circonscriptions qu'il convoitait lors du second tour
qui se déroulait samedi.

Le Wifaq, principal groupe chiite d'opposition, s'est imposé au premier tour dans les 18 circonscriptions où il présentait un candidat et espérait que le Waad permette de faire perdre la majorité absolue aux sunnites.

Les groupes islamistes sunnites - Al Assalah et Al Menbar -, alliés du gouvernement, ont porté à sept leur nombre de sièges contre 15 en 2006.

Il s'agissait des troisièmes élections législatives depuis la création de l'actuel Parlement, qui dispose de prérogatives limitées puisque que pour avoir force de loi, tous les textes votés doivent être approuvés par la Haute Assemblée dont les membres sont nommés par le roi.

Proche allié des Etats-Unis et de l'Arabie saoudite, Bahreïn, pays d'1,3 millions d'habitants à majorité chiite, est dirigé depuis près de trois siècles par la dynastie sunnite des Al Khalifa.

Les chiites se plaignent de discriminations dans l'emploi et les services, ce que dément le gouvernement de Manama.

Les analystes et l'opposition jugent que le gouvernement a découpé les circonscriptions électorales de manière à empêcher le Wifaq d'obtenir la majorité.

Des réformes lancées par le roi Hamad ibn Issa al Khalifa ont débouché sur l'adoption d'une nouvelle Constitution et sur des élections en 2002 et 2006, répondant à une partie des revendications des chiites.

Mais l'autorité suprême reste entre les mains de la famille royale. Bahreïn est, avec le Koweït, le seul pays arabe du Golfe à disposer d'un Parlement.

Première publication : 31/10/2010

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    Le royaume de Bahreïn élit ses députés sur fond de tensions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)