Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Amériques

Colis piégés : l'enquête s'oriente vers un artificier saoudien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/10/2010

Sanaa a relâché l'étudiante soupçonnée d'avoir envoyé les colis piégés interceptés à Londres et à Dubaï vendredi. L'enquête s'oriente désormais sur la piste d'un artificier saoudien qui aurait déjà agi dans l'attentat manqué de Noël 2009.

REUTERS - Les autorités du Yémen ont remis dimanche soir en liberté conditionnelle la jeune femme soupçonnée d'être impliquée dans l'envoi de colis piégés vers les Etats-Unis, a-t-on appris auprès de son entourage.

Elle avait été arrêtée samedi dans une maison de Sanaa, la capitale. Son numéro de téléphone figurait sur les listings d'une société de transports qui a pris en charge l'un des colis piégés.

Selon un de ses proches, qui a refusé d'être identifié, la condition de sa remise en liberté est qu'elle réponde à toute convocation.

Un responsable du gouvernement yéménite a confirmé sa libération. "Une autre femme a utilisé son nom et sa carte d'identité. Les autorités sont à sa recherche", a-t-il expliqué.

Des étudiants de l'université de Sanaa avaient réclamé dans la journée la libération de la jeune femme, assurant qu'elle était innocente. Son avocat estimait pour sa part que l'étudiante avait été victime d'un détournement d'identité "parce qu'il est insensé de penser qu'un individu s'apprêtant à commettre ce genre d'opération laisse une photo de sa carte d'identité ainsi que son numéro de téléphone".

La jeune femme était jusqu'à dimanche la seule personne arrêtée dans le cadre de l'enquête.

Interrogations sur la sécurité du frêt aérien

Les deux colis, expédiés du Yémen à destination de synagogues de Chicago, ont été interceptés vendredi, un en Angleterre à bord d'un avion cargo de la compagnie UPS, l'autre à Dubaï dans un entrepôt de la compagnie FedEx.

Au Yémen, le réseau terroriste continue de prospérer

Au moins l'un des deux contenait, dissimulé dans une imprimante, du PETN (tétranitrate de pentaérythritol), explosif déjà utilisé par Al Qaïda dans la Péninsule arabique (Aqpa), mais les premiers éléments d'enquête indiquent que le même artificier a fabriqué les deux colis piégés et Washington soupçonne un Saoudien réputé proche d'Aqpa d'avoir confectionné ces explosifs.

Ibrahim Hassan al-Assiri, qui figure en tête de la liste noire des terroristes présumés recherchés par l'Arabie saoudite, est le frère d'un kamikaze tué l'an dernier alors qu'il tentait d'assassiner le prince Mohamed ben Nayef, qui dirige les services saoudiens de l'antiterrorisme.

"L'individu qui a fabriqué ces bombes est à l'évidence un individu très dangereux qui a beaucoup d'expérience et une solide formation. Et nous devons le trouver, nous devons le traduire en justice aussi vite que possible", a déclaré sur ABC John Brennan, conseiller de la Maison blanche pour les questions liées au terrorisme.

L'alerte, qui a réveillé les craintes liées au terrorisme aux Etats-Unis, a conduit gouvernements, compagnies aériennes et directions du transport à revoir les procédures de sécurité entourant le transport aérien de marchandises, que Philip Baum, rédacteur en chef d'Aviation Security International, présente comme le "talon d'Achille" du transport aérien.

Après la France et la Grande-Bretagne, l'Allemagne a à son tour suspendu dimanche le fret aérien en provenance du Yémen.

La ministre britannique de l'Intérieur, Theresa May, a annoncé parallèlement que les mesures de sécurité entourant le transport aérien de marchandises seraient réexaminées. "Nous passerons en revue le contrôle du fret aérien, nous passerons en revue les processus que nous suivons, nous discuterons avec le secteur aérien", a ajouté dimanche la secrétaire au Home Office sur l'antenne de la BBC.
 

Première publication : 31/10/2010

  • YÉMEN

    Washington établit un lien entre les colis piégés et l'attentat raté de Noël 2009

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Une suspecte arrêtée dans l'enquête sur les colis piégés

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Le colis intercepté à Dubaï porte l'empreinte d'Al-Qaïda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)