Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Merci la Grèce ?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais d'Auschwitz, on vit toute sa vie avec un camp dans la tête"

En savoir plus

MODE

Mode : à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

SUR LE NET

Facebook part en guerre contre les fausses informations

En savoir plus

SUR LE NET

Venezuela : le président Maduro critiqué en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Syriza ?"

En savoir plus

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colorado : la ruée vers le cannabis

En savoir plus

Moyen-orient

Ibrahim al-Asiri, suspect numéro un dans l'affaire des imprimantes piégées

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/11/2010

Un jeune djihadiste saoudien, Ibrahim Hassan al-Asiri, est désigné comme le concepteur des deux bombes découvertes vendredi dans des colis. Artificier ingénieux, il est l’un des terroristes les plus recherchés par l’Arabie saoudite et les États-Unis.

Plus encore que "la marque d’Al-Qaïda", les deux bombes découvertes vendredi à Dubaï et près de Nottingham au Royaume-Uni portent la marque d’Ibrahim Hassan al-Asiri, selon des responsables de l’antiterrorisme américain.

"Suspect clé" dans l’affaire des "imprimantes piégées", ce jeune djihadiste, Saoudien

installé au Yémen, serait le responsable chargé des explosifs pour le groupe Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) – cellule islamiste, d’environ 500 combattants, née en 2009 de la fusion entre les branches saoudienne et yéménite d’Al-Qaïda. Agé de 28 ans, il est l’un des hommes les plus recherchés par l’antiterrorisme saoudien.

L’inventeur de la bombe-suppositoire

C’est la sophistication des bombes découvertes dans les deux avions à destination des États-Unis qui signe le travail d’al-Asiri, selon l'antiterrorisme américain : les cartouches d’encre des imprimantes étaient remplies d’explosif et reliées par des fils électriques à un circuit imprimé de téléphone portable. D’après la police de Dubaï, les bombes pouvaient être commandées à distance par un mobile.

Seul un artificier ingénieux et expérimenté pouvait accomplir un tel travail. C’est justement le cas d’al-Asiri, qui s’est d’abord fait connaître en concevant une bombe-suppositoire à la pentrite utilisée en août 2009 par son frère, un autre activiste proche d’Al-Qaïda. Abdullah al-Asiri l’avait utilisée pour tuer le responsable de l'antiterrorisme saoudien, le prince Mohammed bin Nayef, un attentat-suicide raté.

Autre tentative d'attentat à son actif : Ibrahim Hassan al-Asiri serait aussi l’auteur de la bombe à la pentrite placée dans les sous-vêtements de Farouk Abdulmutalab l’an dernier. Ce jeune nigérian avait tenté de faire exploser en vol un avion Amsterdam-Détroit, à Noël 2009, avant d’être maîtrisé par un passager.

Des prisons saoudiennes au Yémen

Dans une interview au site internet islamiste Sada al-Malahem ("Les voix du combat") publiée en septembre 2009, al-Asiri a donné quelques détails sur son parcours. Son arrestation par la police saoudienne vers 2005 l’empêche d’aller combattre les forces d’occupation américaines en Irak. Mais après sa libération, al-Asiri et son frère, qu’il a recruté, fuient l’Arabie saoudite pour le Yémen en 2006. Ils y rencontrent Nasser al-Wahayshi, l’ancien secrétaire de Ben Laden à Kandahar (Afghanistan), et deviennent des membres actifs d’Al-Qaïda dans le pays.

 

Première publication : 01/11/2010

  • YÉMEN

    Une suspecte arrêtée dans l'enquête sur les colis piégés

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Barack Obama affirme sa détermination à "détruire" la branche yéménite d'Al-Qaïda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)