Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • En images : près de 280 disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

Asie - pacifique

La visite de Medvedev aux îles Kouriles provoque l'ire de Tokyo

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/11/2010

Le Japon a qualifié de "très regrettable" la visite éclair du président russe Dmitri Medvedev aux îles Kouriles, une première depuis 1945 pour un chef d'État russe. Le territoire est l'objet de tensions entre les deux pays depuis soixante-cinq ans.


AFP - Le président russe Dmitri Medvedev s'est rendu lundi aux îles Kouriles, une première pour un chef d'Etat russe depuis 1945 sur ces territoires, objet d'une dispute avec Tokyo depuis la Seconde guerre mondiale.

Cette visite-éclair a immédiatement suscité les réactions indignées du Japon. Le Premier ministre Naoto Kan a jugé "très regrettable" cette initiative.

"La position du Japon étant que les quatre îles des Territoires du Nord font partie du territoire japonais, la visite du président est très regrettable", a déclaré M. Kan au Parlement.

De son côté, le ministre japonais des Affaires étrangères, Seiji Maehara, a convoqué l'ambassadeur de Russie à Tokyo, en geste de protestation.

A sa sortie du ministère, l'ambassadeur Mikhaïl Bely a déclaré à la presse: "Je lui ai dit qu'il s'agissait d'une question intérieure russe. J'ai demandé au Japon de traiter cette affaire de manière calme et équitable".

La visite spectaculaire de M. Medvedev, arrivé à Kunashir, l'une des quatre îles de l'archipel constesté --appelées en Russie Kouriles du Sud et Territoires du Nord au Japon-- a duré quatre heures.

Elle intervient peu avant le déplacement du président russe au Japon pour le sommet de la coopération économique Asie-Pacifique (Apec) le 12 novembre.

Le chef du Kremlin a notamment visité une station géothermique et rencontré des habitants.

M. Medvedev s'était engagé fin septembre à se rendre "dans un avenir proche" aux Kouriles, "une région très importante" de Russie avait-il souligné, provoquant de vives protestations de Tokyo.

Le chef de la diplomatie japonaise, M. Maehara, avait alors averti qu'une telle visite affecterait "durement les relations" entre les deux pays.

Son homologue russe, Sergueï Lavrov, a souligné samedi que le chef de l'Etat était libre de choisir "les régions russes" qu'il visite. "Je ne vois aucun lien" entre une visite aux Kouriles et les relations russo-japonaises, a-t-il déclaré.

Moscou et Tokyo se disputent quatre îles de l'archipel des Kouriles (Habomai, Shikotan, Etorofu et Kunashiri), les Territoires du Nord des Japonais. Elles avaient été annexées par les Soviétiques le 18 août 1945, trois jours après l'annonce de la capitulation du Japon. Etorofu est appelée Iturup par la Russie et Kunashiri est appelée Kunashir.

Ce différend empêche depuis 65 ans la signature d'un traité de paix entre les deux pays.

Relancées après la chute de l'URSS en 1991, les négociations n'ont toujours pas abouti.

Lors de la présidence de Boris Eltsine, Moscou avait songé à restituer ces territoires au Japon, mais la violente réaction des nationalistes et des communistes avait anéanti ce projet de conciliation.

L'ex-président russe et actuel Premier ministre Vladimir Poutine avait proposé dès 2004 de restituer sous condition au Japon deux des quatre îles disputées, mais Tokyo a jugé la proposition inacceptable.

Après l'arrivée au Kremlin de Dmitri Medvedev, les Japonais ont exprimé leur espoir de voir un compromis émerger, jugeant en mai 2009 que le nouveau président russe avait "une approche originale, nouvelle" sur ce problème. Mais depuis, aucune avancée n'est intervenue.

Tokyo suscite régulièrement la colère de Moscou en revendiquant ces îles, "des territoires inhérents au Japon, ayant été hérités de génération en génération par le peuple japonais et n'ayant jamais appartenu à un autre pays", selon les autorités japonaises.

Plusieurs hauts responsables russes, dont M. Lavrov, se sont rendus sur ces îles, provoquant en retour le mécontentement de Tokyo.

En 2005, le Parlement européen a adopté une résolution appelant la Russie à restituer au Japon "les Territoires du Nord".

L'archipel, une longue chaîne de petites îles volcaniques, s'égrène en arc entre la presqu'île russe du Kamtchatka au nord et la grande île japonaise d'Hokkaïdo au sud.

 

Première publication : 01/11/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)