Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Economie

BP repasse dans le vert, mais digère encore la marée noire

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 02/11/2010

Le géant britannique British Petroleum (BP) a annoncé un bénéfice net de 1,785 milliard de dollars au troisième trimestre 2010. En juin, il avait essuyé une perte de 16,9 milliards. Mais la facture de la marée noire pourrait encore augmenter.

L’horizon recommence à s’éclaircir pour British Petroleum (BP). Six mois après le début de la marée noire dans le Golfe du Mexique, le pétrolier britannique a annoncé, mardi, un bénéfice net de 1,785 milliard de dollars au troisième trimestre. Un retournement de situation spectaculaire pour le groupe, qui avait essuyé en juin dernier des pertes de 16,9 milliards. BP explique ce regain de forme par un "environnement bénéfique", notamment l'augmentation du prix du pétrole, ainsi que par un très bon trimestre de ses branches marketing et raffinage.

Marée noire et vague de billets verts

Ce retour au temps des profits peut étonner, alors que le groupe britannique vient tout juste de mettre un terme à la pire marée noire de l’histoire des Etats-Unis. "Nous avons bien progressé ce dernier trimestre", s’est contenté de commenter mardi Bod Dudley, le patron de BP qui a remplacé Tony Hayward, au 1er octobre. Est-ce pour autant un retour au "business as usual" pour le groupe ?

Pas vraiment, car la page de la marée noire est encore loin d’être tournée. Lors de la présentation des résultats, BP a ajouté qu’il augmenterait de 7,7 milliards de dollars la provision pour éponger les frais engendrés par la catastrophe Deepwater. L’ensemble des sommes mises de côté s’élève dorénavant à 39,9 milliards.

D'éventuels coups de pouce du Japon et... d'Halliburton

Le pétrolier britannique se bat également pour ne pas porter seul la responsabilité financière de la marée noire. Il a expliqué mardi avoir demandé à Moex Offshore, filiale de la maison de commerce japonaise Mitsui and Co, de lui verser 1,3 milliard de dollars. BP réclame cette somme en vertu du fait que l'entreprise japonaise détient 10% du puits de forage concerné. Moex Offshore a pour l'instant indiqué être en attente des résultats des enquêtes en cours pour décider (ou non) d'un versement.

Côté enquête justement, BP a reçu le 29 octobre un coup de pouce de la part de la commission spéciale d’enquête sur la marée noire. Un des rapports indique justement que la compagnie Halliburton, en charge du coffrage en ciment du puits de pétrole à l'origine de la marée noire, était au courant d’un défaut dans la stabilité du mélange utilisé - et ce dès le mois de mars. Certes, la commission indique que BP était également consciente du problème, mais la mise en cause d’Halliburton pourrait lui permettre de ne pas régler seul toutes les éventuelles amendes.

Le géant britannique est en effet poursuivi aux Etats-Unis sur la base du "Clean Water Act" (loi sur les eaux propres). Selon son degré de responsabilité, il risque, selon le Washington Post, jusqu’à 17,5 milliards de dollars d’amendes.

Première publication : 02/11/2010

  • MARÉE NOIRE

    Selon un rapport, la Maison Blanche a surestimé la capacité de BP

    En savoir plus

  • MARÉE NOIRE

    Après cinq mois de mésaventures, BP scelle définitivement son puits de pétrole

    En savoir plus

  • MARÉE NOIRE

    "Le rapport de BP frise l'indécence"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)