Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Amériques

"Vague rouge" républicaine annoncée lors des élections de mi-mandat

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/11/2010

La plupart des bureaux de vote ont ouvert et les Américains commencent à voter pour renouveler le Congrès. Les derniers sondages confirment l'hypothèse d'une victoire des républicains et d'un vote sanction contre Obama.

Suivez notre édition spéciale sur les élections américaines de mi-mandat et l'annonce des résultats en direct cette nuit de 1 heure à 9 heures sur FRANCE 24

Après des mois d'une campagne souvent tendue entre démocrates et républicains, les Américains sont appelés à se rendre aux urnes ce mardi. En jeu, les 435 sièges de la Chambre des représentants, 37 sièges de sénateurs (sur 100) et 37 postes de gouverneurs (sur 50). Plus largement, ces élections législatives de mi-mandat, ou "mid-terms", se présentent comme un revers politique annoncé pour le président Barack Obama.

Le scrutin, qui a débuté dans plusieurs États, doit s'achever à minuit, heure locale (4 heures GMT) en Alaska et à Hawaii.

La participation aux élections législatives américaines semblait élevée, ont affirmé des observateurs électoraux de plusieurs États mardi, tandis que démocrates et républicains exhortaient leurs partisans respectifs à se rendre aux urnes.

 

En colère contre le président Obama, les républicains devraient rafler la majorité à la Chambre des représentants et réduire considérablement la majorité démocrate au Sénat. De leur côté, les démocrates doivent mobiliser l’ensemble de leurs troupes pour éviter une humiliation électorale.

"Les derniers sondages ne se présentent pas bien pour les démocrates, commente Emmanuel Saint-Martin, correspondant de FRANCE 24 à New York. On parle de 10, voire 15 points d'avance pour les républicains. On s'attend littéralement à une vague rouge, la couleur des républicains, en tout cas pour la Chambre des représentants."

Pour l'emporter à la Chambre basse, les républicains ont besoin de 39 sièges supplémentaires. Un score qui paraît tout à fait à leur portée : analystes et sondeurs estiment qu'ils pourraient conquérir 45 ou même 50 sièges, et ainsi renverser la présidente de la Chambre des représentants qui officie depuis 2006, Nancy Pelosi.

Huit États-clés

Au Sénat en revanche, la bataille s'annonce plus serrée. "Les démocrates y ont une certaine avance et on ne renouvelle le Sénat que partiellement", explique Emmanuel Saint-Martin. Il est possible que les démocrates, et donc Barack Obama, puissent garder cette Chambre."

Huit États - la Californie, Washington, le Nevada, le Wisconsin, le Colorado, la Pennsylvanie, l'Illinois et la Virginie-Occidentale -, où l'issue de la bataille apparaît incertaine, devraient notamment cristalliser l'attention. Si les républicains l'emportent dans sept de ces circonscriptions, la Chambre haute basculera dans leur camp.

LA bataille s'annonce serrée en Californie

Au Nevada par exemple, le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, affronte l'ultra-conservatrice Sharron Angle, donnée gagnante d'un point selon un sondage de l'institut Public Policy Polling. L'ancien président Bill Clinton a lui fait le déplacement jusqu'en Virginie-Occidentale, pour soutenir le candidat démocrate Joe Manchin.

La mobilisation des jeunes, des Noirs, des femmes et des Latinos, qui avaient massivement voté Obama en novembre 2008, devrait également influer sur le résultat.

Vote sanction contre Obama

Deux ans après sa large victoire à l'élection présidentielle, Barack Obama paie le prix d'une économie mal-en-point et d'un mécontentement des Américains, déçus par sa politique, malgré la mise en œuvre de plusieurs réformes significatives. Ces élections vont certainement le contraindre à repartir sur de nouvelles bases. "Ce n'est pas inédit du tout aux États-Unis, nuance Emmanuel Saint-Martin. Ronald Reagan avait perdu cette élection de mi-mandat, Bill Clinton également... Le système institutionnel et électoral veut que très souvent, le président doive concilier avec une majorité au Congrès différente de sa couleur politique." 

Toute la question concerne finalement l'ampleur de la victoire des républicains - qui déterminera la marge de manœuvre dont disposera Barack Obama pour la suite de son mandat -, mais aussi des plus extrémistes, comme les membres du Tea Party. "Si ces élections sont une vraie victoire pour la frange la plus conservatrice des républicains, cela rendra évidemment les choses plus difficiles pour Barack Obama", précise Emmanuel Saint-Martin.

Outre le coût politique pour le président américain, ces élections sont aussi présentées comme les plus onéreuses de toute l'histoire des États-Unis : elles auront coûté entre 3 et 4 milliards de dollars. "En janvier dernier, la Cour suprême des États-Unis a tranché : désormais, on ne peut plus mettre aucune limite à l'argent qui peut être dépensé pour une campagne électorale, au nom du 1er amendement sur la liberté d'expression, a expliqué Paul Vallet, enseignant à Sciences Po, à FRANCE 24. L'audiovisuel est le relais principal pour toucher les électeurs lors des 'mid-terms', ce qui demande un investissement considérable".

Infographie : l'état des forces au Congrès avant les élections

 

Première publication : 02/11/2010

  • ÉLECTIONS AMÉRICAINES

    Les deux camps lancent leurs dernières forces sur le Net

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Retour sur les mesures phares de l'administration Obama avant les élections de mi-mandat

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Tout ce qu'il faut savoir sur les élections américaines de mi-mandat...

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)