Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Les deux camps lancent leurs dernières forces sur le Net

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 02/11/2010

Les républicains et les démocrates s'emparent du mot-clé #election sur Twitter qui est sponsorisé par le Washington Post. Un débat houleux souvent irrationnel, mais passionné, a envahi le service de micro-blogging en ce jour de vote de mi-mandat.

À quelques heures de la fermeture des bureaux de vote aux États-Unis, les partisans des démocrates et des républicains pour les élections de mi-mandat jettent leurs dernières forces dans la bataille. Et elle est numérique.

Sur Twitter, le hashtag (mot-clé) #election domine.  Normal : le Washington Post a décidé de sponsoriser ce mot-clé, ce qui a pour conséquence de le placer toute la journée en tête des tendances à suivre. Par ailleurs, les débats et les discussions qui ont cours révèlent un pays profondément divisé.

Les derniers "combattants" de la politique en 140 signes ne sont pas les plus modérés.  Insultes, coups bas et slogans caricaturaux font florès. Petite revue des troupes les moins haineuses des deux camps.

Républicains (et Tea Party) :

"Allez les patriotes, il est temps de tuer la politique d’Obama dans l’œuf", Arthas Menethil (AMenethil)

"Les Américains vont clamer ‘No-Bama’ aujourd’hui et il sera en Inde en ce jour funeste pour lui", Anirvan Ghosh (anirvanghosh)

"Reprenons le Congrès, restaurons la République et marginalisons Barack Obama", ConservativeDispatch

"L’Obamunism [contraction populaire dans les rangs du Tea Party entre Obama et communisme, NDLR] est mort le 11/02/2010. Cause du décès : le sens commun", Vancarta Capital.

Démocrates :

"Laissons les républicains avoir une Tea Party et fêtons, nous, la victoire", The New Deal

"Récession ou reprise ? Haine ou tolérance ? Délocalisation ou création d’emplois ? Votez démocrates", Denis M. Sweatt

"Si les démocrates survivent à l’élection, ils doivent s’unir et détruire une fois pour toute les républicains ou le pays risque de tomber sous le joug d’un fascisme financier", From Nothing

"Si au moins on pouvait interdire de voter aux personnes en dessous d’un certain QI les démocrates auraient une chance", Batangtaft

Première publication : 02/11/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Le vote des musulmans pourrait faire basculer l'élection dans plusieurs États

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'Afghanistan, enjeu crucial pour une administration Obama en difficulté

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Vague rouge" républicaine annoncée lors des élections de mi-mandat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)