Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Égypte : la répression des homosexuels s'intensifie

En savoir plus

Moyen-orient

Tel-Aviv suspend sa collaboration avec l'Unesco après un différent sur des lieux saints

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/11/2010

En raison d'un conflit entre Israël et l'Autorité palestinienne concernant la Tombe de Rachel, à Bethléem et le Caveau des patriarches, à Hébron, l'État hébreu a décidé de suspendre sa collaboration avec l'Unesco

AFP - Israël a décidé de suspendre sa collaboration avec l'Unesco en raison d'un différend sur un des deux célèbres lieux saints de Cisjordanie occupée qui sont au coeur d'une vive polémique entre Israël et l'Autorité palestinienne depuis le début de l'année.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait annoncé fin février que le Caveau des patriarches, à Hébron, et la Tombe de Rachel, à Bethléem, qui sont des lieux saints à la fois pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, seraient ajoutés à la liste des monuments historiques israéliens.

"La Tombe de Rachel et le Caveau des Patriarches sont les lieux où depuis plus de 3.500 ans sont enterrés nos ancêtres Abraham, Isaac, Jacob, et les matriarches Sarah, Rébecca, Léa et Rachel, et méritent de toute évidence d'être préservés et rénovés", avait expliqué à l'époque le gouvernement israélien.

Cette décision a irrité l'Autorité palestinienne, qui avait évoqué un risque de "guerre religieuse". Elle avait été condamnée par la communauté internationale, et avait déclenché des heurts à Hébron.

Ces deux sites sont les plus sacrés du judaïsme après le Mont du Temple à Jérusalem --situé au même endroit que l'esplanade des Mosquées, un des hauts lieux de l'islam-- mais ils sont aussi considérés comme des lieux saints par les musulmans.

Selon la Bible, le patriarche Abraham, père des trois religions monothéistes (judaïsme, christianisme et islam), a acheté un terrain à Hébron il y a 3.700 ans afin d'y enterrer son épouse Sarah.

Abraham (Ibrahim pour les musulmans) aurait été inhumé à Hébron, comme son fils, le patriarche Isaac, son petit-fils Jacob, ainsi que leurs épouses, Rébecca et Léa.

Tout au long de l'Histoire, juifs et musulmans ont vénéré le Caveau des Patriarches, dont l'édifice actuel remonte à l'époque du roi Hérode il y a 2.000 ans.

Quant à la matriarche Rachel, seconde épouse de Jacob, décédée en donnant naissance à son fils Benjamin, elle serait, selon la tradition biblique, enterrée à Bethléem. Sa tombe a attiré des femmes, juives et musulmanes, qui y priaient pour accoucher sans souffrance.

A l'issue de la Guerre des Six-Jours (juin 1967), le gouvernement israélien a rouvert le Caveau des Patriarches et la Tombe de Rachel aux pèlerins juifs après avoir occupé la Cisjordanie.

Depuis, le site de Hébron a été divisé en deux parties, l'une pour les juifs et l'autre pour les musulmans, à la suite du massacre en 1994 par un colon israélien de 29 fidèles musulmans.

Après les accords d'Oslo sur l'autonomie palestinienne (1993), Israël, qui s'est retiré des villes palestiniennes de Hébron et Bethléem, a gardé le contrôle des deux lieux saints.

Première publication : 03/11/2010

COMMENTAIRE(S)