Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Le Maroc épargné par les terroristes mais délaissé par les touristes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

"Brexit" : être ou ne pas être dans l'UE

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Claude Lelouch : "Je travaille avec un grand scénariste qui s’appelle la vie"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei chute brutalement, pénalisé par un yen fort

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Syrie: agissons"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Agriculture: l'Europe, bouc émissaire ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cahuzac : le "paria" devant la justice

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'ex-otage australienne veut rester au Burkina Faso

En savoir plus

Economie

Le bénéfice de la Société générale a plus que doublé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/11/2010

La deuxième banque par capitalisation en France a annoncé mercredi un bénéfice net de 896 millions d'euros au troisième trimestre, en progression de 110 % en un an.

AFP - La banque Société Générale a enregistré au troisième trimestre un bénéfice net plus que doublé (+110%) à 896 millions d'euros, supérieur aux attentes et porté par la baisse du coût du risque (provisions liées aux impayés), selon un communiqué publié mercredi.

Le bénéfice est assez sensiblement supérieur aux prévisions des analystes, qui tablaient sur 716 millions d'euros, selon le consensus établi par Dow Jones Newswires.

"C'est la confirmation du rebond de Société Générale", a déclaré mercredi le PDG Frédéric Oudéa sur la chaîne d'information financière CNBC.

A l'échelle du groupe, le coût du risque est en baisse de 39% sur un an. Le repli s'effectue sur l'ensemble des activités de la banque.

Il est particulièrement marqué en banque de financement et d'investissement, où il est quasiment divisé par cinq.

L'embellie dans cette activité est favorisée par la bonne tenue du portefeuille d'actifs illiquides, dont le groupe cherche à se défaire progressivement et qui a amputé son résultat de 5,4 milliards d'euros entre début 2008 et début 2010.

Hormis la baisse du coût du risque, l'établissement doit aussi ce bond à un important effet comptable.

Au troisième trimestre 2009 la banque avait en effet souffert de l'appréciation de sa dette et de la baisse de valeur de son portefeuille d'instruments de couverture (CDS), deux mouvements liés à la détente observée alors sur les marchés.

Ces deux mécanismes ont beaucoup moins joué au troisième trimestre 2010, ce qui permet une comparaison favorable.

Première publication : 03/11/2010

  • FRANCE

    La Société générale a déjà récupéré 1,7 des 4,9 milliards perdus dans l’affaire Kerviel

    En savoir plus

  • BANQUES

    La Société générale se félicite de ses bons résultats

    En savoir plus

  • BANQUES

    La Société Générale va verser 250 millions d'euros de bonus en 2010

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)