Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Rand Paul et Marco Rubio, les nouvelles figures du Tea Party au Sénat

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 03/11/2010

Pour la première fois, le Sénat américain compte deux représentants républicains qui se revendiquent directement du Tea Party, un mouvement de la droite radicale opposé à tout ce que Washington représente. Portraits.

Rand Paul, sénateur du Kentucky


Il est l’ophtalmologue docteur ès provocation du Tea Party. Fils de l’une des figures emblématiques du mouvement libertaire américain (qui oppose liberté individuelle à l’action étatique) Ron Paul est devenu un pendant masculin de Sarah Palin.

Ses déclarations à l’emporte pièce sur les droits civiques, la réforme de la santé de Barack Obama ou encore l’homosexualité n'ont pas entravé sa victoire au poste de sénateur du Kentucky lors des élections de mi-mandat aux États-Unis.

Rand Paul s’est emparé de tous les grands thèmes du Tea Party et a lancé sa campagne victorieuse pour le poste de sénateur en déclarant : "J’ai un message du Tea Party : nous sommes venus pour reprendre notre gouvernement aux élites". Il milite, entre autres, pour une abolition de la Réserve fédérale et a fondé une association pour la suppression des impôts. Homosexualité, droits civiques et port d'armes...Revue de détails des grands thèmes abordés. 

- L'homosexualité : "Je n’aime pas du tout l’idée que quelqu’un à Washington décide que Susie peut avoir deux mamans et que c’est une situation familiale normale", débat télévisé en octobre 2010.

 

- Les droits civiques : Interrogé sur la possibilité que dans un bar on  puisse refuser de servir des Noirs, il provoque un tollé dans tout le pays en déclarant : "Je ne veux pas qu’on limite leur liberté d’expression". Il a dû par la suite préciser qu’il ne voulait absolument pas être associé aux thèses racistes, et qu’il aurait voté en faveur des droits civiques.

- Le port d’armes : "Si on avait eu un pilote avec une arme à feu, on n’aurait peut-être pas eu le 11 septembre", a-t-il déclaré lors d'une réunion d’une association pour la défense du port d’armes.

 

- La protection sociale : "La raison fondamentale pour laquelle Medicare [assurance maladie, NDLR] échoue est la même que pour la faillite de l’Union soviétique, car le socialisme ne fonctionne pas". Discours lors du Kentucky Show en 1998.

L’État fédéral : "Washington est dépassé et nous nous tenons au bord du précipice, et notre message au sein du Tea Party est qu’il est temps de changer ça". Discours de mai 2010 lorsqu’il a été désigné candidat républicain à la course au Sénat.


Marco Rubio, sénateur de Floride


C’est le "golden boy" du Tea Party. Une tête d’ange mais des idées bien trempées. Marc Rubio a officiellement été adoubé par le Tea Party en Floride peu avant les élections de mi-mandat qui l’ont propulsé au Sénat.

Cet ancien président de la Chambre des représentants de Floride se présente volontiers comme un modéré parmi les radicaux, et joue la carte de ses origines cubaines pour afficher des idées progressistes sur les questions d’immigration.

Son profil tranche avec l’image populaire que cultivent parfois les membres du Tea Party, mais le rend fréquentable aux yeux des conservateurs traditionnels.

Son discours sur les "élites", la religion et l’avortement rejoint les grands tenors du Tea Party que sont Sarah Palin ou Rand Paul. Voici ses grandes déclarations :

- L’avortement : "Dieu est réel et il aime tout le monde même si vous n'êtes encore qu’un simple embryon visible uniquement au microscope". Discours devant la Chambres des représentants de Floride en mars 2009.

- Le port d’armes : " La possibilité pour les citoyens de se défendre en détenant des armes est un droit fondamental de l’Homme et doit être protégé". Déclaration sur son site internet, 3 février 2010.

- La fiscalité : " La politique du président Barack Obama a consisté à augmenter la

pression fiscale sur les Américains comme jamais dans l’histoire de notre pays, il faut se battre avec le Tea Party contre cette tendance". Spot publicitaire pour les Tax Day (manifestations pour la suppression des impôts) du Tea Party, avril 2009.

Première publication : 03/11/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains enregistrent aussi une victoire sur les réseaux sociaux

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains majoritaires à la Chambre, le Sénat reste démocrate

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)