Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

Amériques

Obama comprend le "profond mécontentement" des Américains

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/11/2010

Au lendemain de l'échec électoral des démocrates, le président américain s'est dit prêt à travailler avec les républicains. Désormais majoritaires à la Chambre des représentants, ces derniers veulent peser sur la politique du pays.

Barack Obama a déclaré, ce mercredi, que les résultats des élections législatives de mi-mandat traduisaient le "profond mécontentement" des électeurs face à la lenteur de la relance économique. "Au cours des deux dernières années, nous avons fait des progrès. Mais il est clair que beaucoup d'Américains n'ont pas ressenti ces progrès et c'est ce qu'ils nous ont fait comprendre hier. En tant que président, j'assume mes responsabilités", a-t-il expliqué lors de sa première conférence de presse depuis le scrutin.
 

"Les républicains vont devoir être conciliants"

"Je pense que nous devons assumer la responsabilité directe du fait que nous n'avons pas avancé autant que nécessaire", sur l'économie a reconnu le président. "Les élections (...) signifient pour moi qu'il faut que je fasse un meilleur travail, comme chacun à Washington", a-t-il dit.

Le président américain a renouvelé sa disposition à travailler avec les républicains. "Ce que le vote d'hier nous a également fait comprendre c'est qu'un seul parti ne pourra pas tracer le chemin que nous allons parcourir, nous devons donc trouver un terrain d'entente. (…) Je suis prêt à m'asseoir aux côtés de membres des deux partis pour mettre au point des mesures permettant d'aller de l'avant", a-t-il déclaré.


Les républicains entendent peser sur l'agenda d'Obama

Désormais majoritaire à la Chambre des représentants, le Parti républicain a également gonflé ses rangs au Sénat, qui reste cependant de justesse sous contrôle démocrate. Grisés par leur victoire, ils entendent obtenir, entre autres, une réduction du poids de l'État fédéral et peser sur l’agenda du président Obama.

"Il semble assez évident que le peuple américain nous a demandé d'agir pour réduire les dépenses ici à Washington ", a déclaré John Boehner, pressenti pour succéder à la démocrate Nancy Pelosi au poste de président de la Chambre des représentants.

Les démocrates commentent la vague rouge


Le leader républicain s'est par ailleurs engagé, ce mercredi, à abroger les réformes des systèmes financier et de santé tant voulues par l’administration Obama. La prise de contrôle de la Chambre basse par les républicains risque de se traduire par une situation de blocage législatif et un durcissement du combat politique sur les questions fiscales, de lutte contre le réchauffement climatique ou encore de l'immigration.

Cependant, leur marge de manœuvre est mince du fait de la majorité démocrate au Sénat et du droit de veto réservé au président Obama. Au Sénat, autre enjeu majeur de ces élections, les démocrates ont sauvé leur majorité en remportant des victoires déterminantes en Virginie occidentale (est), grâce à Joe Manchin, et surtout dans le Nevada (ouest). Harry Reid, chef de la majorité du Sénat, y conserve son siège, très disputé par la candidate du Tea Party, Sharron Angle.

Première publication : 03/11/2010

  • ÉLECTIONS AMÉRICAINES

    Rand Paul et Marco Rubio, les nouvelles figures du Tea Party au Sénat

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains enregistrent aussi une victoire sur les réseaux sociaux

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Quel candidat républicain pour 2012 ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)