Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

Amériques

Les républicains enregistrent aussi une victoire sur les réseaux sociaux

Vidéo par Julien PEYRON

Texte par Julien PEYRON , Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 08/12/2010

Alors que Barack Obama avait largement exploité Internet avant sa victoire à la présidentielle de 2008, les démocrates ont aujourd'hui perdu du terrain sur la Toile. Au profit notamment du Tea Party...

Lors de la campagne présidentielle de 2008, Barack Obama était apparu comme "LE" candidat des réseaux sociaux sur Internet. Deux ans plus tard, ce sont les républicains, et notamment le mouvement du Tea Party, qui a fait recette sur le web à l'occasion des élections américaines de mi-mandat.

Un rapport du site non partisan HeadCount.org indique que les républicains ont bien été les plus actifs sur Internet pendant cette campagne. Le 21 septembre, les candidats républicains au Sénat comptaient 1,4 million d'amis sur Facebook et plus de 500 000 abonnés sur Twitter. Les candidats démocrates n'avaient eux que quelque 300 000 amis sur Facebook et 90 000 abonnés sur Twitter.

Depuis le 21 octobre, une infographie du quotidien américain "The New York Times" permet de savoir quel candidat a fait le plus parler de lui sur Twitter. Les cercles rouges, représentant des candidats républicains, apparaissent plus nombreux et plus volumineux. Parmi eux, ce sont les candidats les plus radicaux, ceux du mouvement du Tea Party, qui ont généré le plus de trafic.

Seulement quelques tweets pour Obama

Sarah Palin, chef de file du mouvement Tea Party - qui n'était pas candidate lors de ce scrutin - a notamment occupé le terrain sur la Toile, où elle est très suivie. Elle a d'abord appelé les Américains à voter massivement pour les républicains, avant de célébrer la victoire de son camp au fur et à mesure des résultats. À 6 heures (heure de Paris), elle a également adressé un message au président américain : "Message très clair au président Obama, nous allons envoyer nos représentants à Washington pour faire cesser vos transformations radicales de l’Amérique. Trop, c’est trop", a-t-elle écrit sur Twitter.

Barack Obama ne lui a pas répondu et s'est contenté de quelques "tweets", appelant les électeurs à se mobiliser et à se rendre aux urnes. "Merci à tous ceux qui ont passé des coups de fil, frappé aux portes et voté aujourd'hui", a-t-il simplement conclu dans la nuit.

Parmi les républicains, Mark Kirk a mis en place une stratégie particulière. Il a été élu au poste de sénateur dans l'Illinois, un siège occupé jusqu'en 2008 par Barack Obama. Il n’a pas écrit de messages sur Twitter , il s'est juste contenté de "retweeter" ceux des électeurs ayant voté pour lui. Une "technique" visant à inciter les gens à voter pour lui, et à en parler, en leur promettant un petit moment de gloire sur Twitter...

La candidate du Tea Party Sharon Angle a elle perdu dans le Nevada face au démocrate Harry Reid, au cours de l'un des duels les plus acharnés. Par le biais de ses "tweets", on a pu sentir la tension monter au fil des heures.

"Tout va se jouer dans les deux prochaines heures, sortez et allez voter !", lance-t-elle dans la journée. Puis : "37 minutes... Vous, votre voisin, votre belle-mère, sortez et allez voter !" Et enfin : "Plus que 15 minutes, prenez votre téléphone et appelez tout le monde pour aller voter", plaide-t-elle enfin.

Sur Facebook, plus de 12 millions de personnes ont cliqué sur le bouton "J'ai voté", mis en place par le site, et qui apparaissait à côté du statut des internautes.

Le site Fourthsquare, un "média social géolocalisé", permet néanmoins de relativiser l'importance d'Internet dans cette élection, au moins en fonction des différents États américains. Les citoyens pouvaient s'enregistrer sur le site et indiquer l'endroit où ils avaient voté. La carte interactive de Fourthsquare montre bien que l'on était bien plus connecté, cette nuit, en Californie ou à New York que dans le Wyoming...

 

Première publication : 03/11/2010

  • ÉTATS-UNIS

    En direct des midterms

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Retour sur les mesures phares de l'administration Obama avant les élections de mi-mandat

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Tout ce qu'il faut savoir sur les élections américaines de mi-mandat...

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)