Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Economie

YouTube de nouveau en danger après une interdiction de deux ans

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 03/11/2010

La justice turque a demandé le blocage de YouTube, quelques jours seulement après la fin d’une censure de plus de deux ans. En cause : une vidéo montrant un politicien dans une situation désavantageuse avec une femme.

Les internautes turcs ne doivent plus savoir où donner du clic. Bloqué ? Pas bloqué ? Le sort de YouTube, la plateforme de vidéo en ligne de Google, est actuellement très incertain en Turquie. Et ce, quelques jours seulement après la fin d’un blocage de plus de deux ans.

Un tribunal a en effet demandé mardi que YouTube soit de nouveau inaccessible. En cause : une vidéo qui montrait l’ex-leader du Parti républicain Deniz Baykal dans une chambre d’hôtel avec une femme. Une vidéo déjà connue depuis mai dernier en Turquie et qui avait poussé cet éminent politicien à la démission. La justice turque a décidé qu’il s’agissait d’une atteinte à la personne et a demandé que le contenu litigieux soit enlevé du site ou que YouTube disparaisse de la Toile au plan national.

Nouveau clash et incertitude du lendemain

"A l’heure actuelle, on peut accéder à YouTube, mais ça peut changer à tout moment", explique Erol Önderoglu, correspondant de Reporter sans Frontière (RSF) en Turquie. Le Wall Street Journal rapporte, de son côté, que le site a été ponctuellement inaccessible mardi, tard dans la soirée.

Il règne donc un flou numérique qui pourrait se résoudre dans les jours qui viennent. "Les autorités turques sont en train de négocier avec Google pour voir ce qui peut être fait", explique Erol Önderoglu. Ankara milite auprès du géant de l’Internet pour que la vidéo incriminée soit retirée. Problème : Google s’y refuse traditionnellement, craignant que cela ne crée un précédent suscpetible d'être invoqué par d’autres.

Ce nouveau clash est, en tout cas, une mauvaise nouvelle pour les Turcs amateurs du site d’échange de vidéos. Ils ont déjà été privés pendant plus de deux ans de YouTube - entre mai 2008 et fin octobre 2010. A l’époque, la justice avait obtenu le blocage du site suite à la découverte d’une série de vidéos caricaturant le fondateur de la République, Mustafa Atatürk Kemal. YouTube avait alors refusé d’ôter ces vidéos, jugeant la demande en question infondée. Il avait fallu qu’une association turco-allemande rachète les droits de ces caricatures et les enlève pour ouvrir la voie à la fin du blocage.

La liberté d'expression en question

Mais les vidéos incriminées sont depuis mardi de retour sur le site. Une provocation que le site américain a justifié par le fait qu’elles ne violaient pas sa charte. Une provocation qui risque surtout de rendre les négociations très tendues avec Ankara.

Le blocage de YouTube par un pays est souvent un signe, pour les défenseurs des droits de l’Homme, d’une censure visant à restreindre la liberté d’expression. En Chine ou encore en Tunisie, le portail vidéo de Google est bloqué. Le Pakistan avait décidé de rendre YouTube inaccessible en mai dernier pendant plusieurs semaines en guise de protestation contre des images du prophète Mahommet dans des vidéos.

En Turquie, Erol Önderoglu dénonce surtout un effet pervers de la législation concernant Internet. "La loi donne lieu à des jugements totalement disproportionnés, car les tribunaux n’ont pas d’autre choix que de fermer tout un site s’il est impossible de seulement enlever les pages ou les vidéos incriminées", conclut-il.

Première publication : 03/11/2010

  • INTERNET

    La journée Facebook de la caricature de Mahomet provoque l’ire du Pakistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)