Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Qantas immobilise ses Airbus A380 après un atterrissage d'urgence à Singapour

Vidéo par Inès OLHAGARAY , Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/11/2010

Un incident de moteur a contraint jeudi un Airbus A380 de Qantas à se poser d'urgence à Singapour. Une avarie inédite pour le plus gros avion de ligne du monde, dont tous les appareils sont dorénavant immobilisés par la compagnie australienne.

AFP - Un Airbus A380 de la compagnie aérienne australienne Qantas a effectué jeudi un atterrissage d'urgence à Singapour après avoir connu des problèmes de moteur, le premier incident de cette gravité pour le plus gros avion de ligne du monde.

Qantas, l'une des cinq compagnies à faire voler des A380, a immédiatement annoncé l'immobilisation au sol des six exemplaires qu'elle possède. Mais cette décision n'a pas été suivie par les autres compagnies après cet incident qualifié de "significatif" par Airbus.



Aucun des 440 passagers et des 26 membres d'équipage n'a été blessé après l'atterrissage en douceur du vol QF32 sur l'aéroport Changi de Singapour, selon les autorités singapouriennes.

L'Airbus a connu des problèmes six minutes après avoir décollé de Singapour en direction de Sydney, alors qu'il survolait l'île de Batam, située en Indonésie mais très proche de la ville-Etat.

Un passager, Ulf Waschbusch, de nationalité allemande, a raconté à l'AFP avoir "entendu un bruit d'explosion". "J'ai regardé par le hublot et j'ai vu un peu de flammes" sur l'aile gauche.

L'avion a ensuite "volé en faisant des cercles pendant près de deux heures pour évacuer le fuel. A bord, tout le monde était étrangement calme. Personne ne s'est affolé", a-t-il ajouté. "L'équipage nous a beaucoup aidés. Je me suis senti entre de bonnes mains".

Présent à l'aéroport de Singapour, un journaliste de l'AFP a aperçu "de la fumée s'échappant" du quadriréacteur peu après son atterrissage. "L'un des moteurs sous l'aile gauche semble avoir explosé" et avoir disparu, a-t-il précisé.

Selon les premiers éléments, il s'agirait d'une avarie sur la partie arrière d'un des quatre moteurs. Il "a perdu son +capotage+ arrière", ce qui "a entraîné des dommages sérieux", a indiqué le bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA), qui va collaborer à l'enquête technique.

Des morceaux de métal, portant les couleurs de Qantas, ont "été éparpillés dans Batam, essentiellement dans des zones résidentielles", une île toute proche de Singapour, a indiqué un responsable policier, Bobby Baharudin.

La chute de ces débris n'a pas fait de blessé, selon lui.

Airbus a expliqué que les avions étaient "certifiés avec plusieurs moteurs, en l'occurence quatre pour l'A380", ce qui leur permettait de faire face à "ce genre de situation difficile". "Nous ne minimisons pas l'incident mais c'est prévu par les procédures de certification", a-t-on ajouté.

Par mesure de précaution, Qantas a toufefois annoncé qu'elle immobilisait ses six A380 "jusqu'à ce que nous ayons obtenu suffisamment d'informations concernant le vol QF32", selon son directeur général, Alan Joyce.

Ses appareils sont équipés de moteurs Trent 900 du constructeur britannique Rolls-Royce, qui a annoncé son intention de "collaborer avec Qantas pour identifier le problème".

Les autres compagnies possédant des A380 -Emirates, Singapore Airlines, Lufthansa et Air France- vont en revanche continuer à faire voler normalement leurs très gros porteurs.

Les A380 d'Air France n'ont "pas du tout les mêmes moteurs" que ceux de Qantas puisqu'ils sont fabriqués par Engine Alliance, société regroupant Pratt & Whitney, General Electric et Safran, a indiqué un porte-parole.

L'A380 est en service depuis 2007. Trente-huit exemplaires sont actuellement en exploitation et ils ont transporté plus de 6,5 millions de passagers à ce jour, selon Airbus.

Depuis son lancement, le "paquebot des airs" a connu des incidents techniques, mais aucun de la gravité du vol Qantas. En septembre 2009, un avion de Singapore Airlines assurant la liaison Paris-Singapour avait dû rebrousser chemin en raison d'une panne moteur.

Première publication : 04/11/2010

  • AÉRONAUTIQUE

    L'OMC condamne les aides américaines accordées à Boeing

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    L'Europe fait appel de la condamnation d'Airbus devant l’OMC

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    La compagnie Emirates commande 32 nouveaux A380 à Airbus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)