Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le réseau Internet birman massivement attaqué à trois jours des législatives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/11/2010

À quelques jours des élections législatives, les réseaux Internet birmans subissent des attaques informatiques sous forme d'envois massifs de données. Des manipulations qui ralentissent fortement la navigation et qui provoquent des coupures.

AFP - Une attaque massive a été menée depuis quelques jours sur le réseau internet en Birmanie, selon des prestataires de services et des techniciens, laissant présager une possible coupure des réseaux de communication du pays lors des élections législatives de dimanche.

Les usagers ont fait état de connexions extrêmement lentes et de coupures fréquentes, certains suspectant la junte au pouvoir de vouloir empêcher les médias internationaux de couvrir le premier scrutin depuis 1990, considéré en Occident comme une mascarade.

"Nos techniciens ont essayé de se prémunir contre des cyber-attaques venues d'autres pays", a indiqué sous couvert de l'anonymat un responsable de Yatanarpon Teleport Co., prestataire de services internet birman. "On ne sait pas encore si l'accès sera bon le jour des élections".

Un employé de l'entreprise privée RedLink Communications Co. a lui aussi fait état de coupures régulières. "Nos techniciens essayent de réparer (...). Nous ne pouvons dire pour l'instant quand un service normal sera rétabli", a-t-il expliqué, en précisant ignorer "l'origine de l'attaque".

Le système a semble-t-il été victime d'une avalanche de messages pour le paralyser, manoeuvre connue sous le nom de DDoS.

L'entreprise américaine de sécurité sur internet Arbor Networks a ainsi expliqué que le fournisseur d'accès public en Birmanie, Myanmar Post and Telecommunications, avait "essuyé une attaque importante et soutenue perturbant le trafic du réseau entrant et sortant du pays".

L'attaque était "plusieurs centaines de fois" supérieures à ce qui était nécessaire pour submerger le réseau terrestre et satellitaire, a ajouté sur le site du groupe Craig Labovitz, directeur scientifique d'Arbor Networks.

L'objectif de l'opération reste inconnu, mais "les attaques géopolitiques de grande envergure, en particulier qui visent un pays tout entier, sont rares", a-t-il relevé.

A Rangoun, des utilisateurs accusaient les autorités de manipulation.

"Même s'ils disent que le réseau est attaqué, c'est difficile à croire. Je pense qu'ils font ça intentionnellement, afin de retarder les transmissions d'informations vers la communauté internationale le jour de l'élection", a estimé Kyaw Kyaw, étudiant de 25 ans.

Lors de la "révolte Safran" de 2007, mouvement de contestation emmené par les moines bouddhistes, les Birmans avaient utilisé internet pour diffuser à travers le monde les images de la répression (31 morts, 74 blessés selon l'ONU) avant que le pouvoir ne bloque internet pendant quelques jours.

Les connections sont aussi ralenties lors de journées importantes, notamment le 8 août, anniversaire du soulèvement politique de 1988.

En septembre dernier, les sites internet de la Democratic Voice of Burma (DVB), du magazine Irrawaddy et de l'agence de presse Mizzima, groupes d'information birmans en exil, avaient accusé la junte d'être derrière des attaques de hackers.

Le réseau internet est déjà très lent en temps normal dans un pays riche en ressources naturelles, mais dans lequel un tiers des habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Un Birman sur 455 était connecté en 2009, selon des statistiques de l'Union internationale des télécommunications, agence onusienne basée à Genève.

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) considère la législation sur l'usage d'internet en Birmanie comme "l'une des plus liberticides du monde", réservant de longues peines de prison aux cyber-dissidents.

Première publication : 04/11/2010

  • MÉDIAS

    Condamnée à 20 ans de prison pour avoir voulu informer sur la situation en Birmanie

    En savoir plus

  • SOMMET DE L'ASEAN

    Obama appelle la Birmanie à la libération d'Aung San Suu Kyi et à des élections libres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)