Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Changement climatique : le pari ambitieux de Barack Obama

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Plan climat : Barack Obama va au charbon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Gabon : turbulences avec Paris

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Porto Rico en défaut de paiement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le défenseur des droits de l'homme burundais Pierre-Claver Mbonimpa blessé par balles

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: le spectre de l'escalade

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

Asie - pacifique

La visite de Hu Jintao à Paris synonyme de contrats juteux

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/11/2010

Le président chinois Hu Jintao entame ce jeudi en France une visite d'État de trois jours. Très attendu, ce séjour devrait permettre de conclure des milliards d'euros de contrats notamment pour Airbus et Areva.

AFP - Le président de Chine Hu Jintao est attendu jeudi après-midi en France pour une visite de trois jours en grande pompe qui doit sceller la nouvelle lune de miel entre les deux pays par plusieurs milliards d'euros de contrats au bénéfice des entreprises tricolores.

"Hu Jintao entend apaiser les tensions avec la France"

Tapis rouge, escorte de Gardes républicains à cheval, mais pas de conférence de presse. Le protocole a réglé la mise en scène de la deuxième visite d'Etat du numéro un chinois en France pour en faire un succès sans ombre, et tirer un trait sur la brouille née en 2008 du passage agité de la flamme olympique à Paris et de la rencontre entre Nicolas Sarkozy et le dalaï lama.

Signe de l'importance qu'il accorde à ce séjour, c'est le chef de l'Etat lui-même et son épouse Carla qui accueilleront M. Hu et la Première dame de Chine Liu Yongqing à leur arrivée à 13h30 à l'aéroport d'Orly.

Le temps d'une rapide halte dans sa suite de l'hôtel George V et le président chinois entrera dans le vif du sujet avec un premier entretien à 17h00 à l'Elysée largement consacré aux dossiers bilatéraux et qui se conclura par la signature d'une série d'accords commerciaux.

 Même si ces méga-contrats cachent mal le déséquilibre des relations économiques entre la Chine et l'Europe, l'Elysée a lâché avec gourmandise que leur montant serait "de loin plus important que lors des précédentes visites des dirigeants européens à Pékin ou chinois à l'étranger".

A titre de comparaison, la première visite de Nicolas Sarkozy à Pékin fin 2007 s'était soldée par une moisson de 20 milliards d'euros.

Avant l'arrivée de M. Hu, le bal des contrats a été ouvert par l'équipementier télécoms Alcatel-Lucent, avec trois contrats pour 1,1 milliard de dollars, et Airbus, avec 36 avions vendus à la compagnie China Southern Airlines pour 3,78 milliards de dollars de plus. Le numéro un mondial du nucléaire Areva espère suivre avec la fourniture de 3 milliards d'euros d'uranium à l'électricien chinois CGNPC.

Cette première journée s'achèvera par un dîner d'Etat avec smokings et toasts officiels, qui constitueront la seule prise de parole publique des deux chefs d'Etat pendant cette visite.

L'Elysée a eu beau jurer qu'aucun sujet n'était "tabou" entre les deux pays, les ONG ont vu dans cette discrétion le signe que la France avait bradé la défense des droits de l'Homme sur l'autel de ses intérêts économiques et dénoncé un "scandale" ou un "reniement".

Ces associations ont également reproché à Nicolas Sarkozy d'avoir choisi le silence après l'attribution du prix Nobel de la paix 2010 au dissident chinois emprisonné Liu Xiaobao, pour ne pas froisser son invité et s'attirer ses bonnes grâces à quelques jours de la présidence française du G20.

Les grandes questions internationales de l'heure et les priorités de cette présidence, notamment sur la question sensible des monnaies, doivent constituer le plat de résistance d'un nouvel entretien entre MM. Hu et Sarkozy vendredi après-midi à Nice, que le numéro chinois a souhaité découvrir.

Pour engager la réforme du système monétaire international qu'il appelle de ses voeux et réussir "son" G20, le chef de l'Etat est contraint de composer avec la Chine, qui refuse jusque-là de reconnaître la sous-évaluation de yuan. "La politique de change de la Chine est cohérente et responsable", a encore réaffirmé Hu Jintao au Figaro à la veille de son arrivée à Paris.

Mais comme sur les droits de l'Homme, Nicolas Sarkozy a choisi une approche conciliante. "Rien ne peut se régler sans le concours de la Chine", résume un proche. "Mais il faut éviter d'aller à l'affrontement, qui ne règle rien", ajoute-t-il, "et plutôt avancer par le dialogue".

Première publication : 04/11/2010

  • CHINE

    Le Parti communiste se réunit pour évoquer la succession de Hu Jintao

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)