Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

Afrique

Gbagbo et Ouattara s'affronteront au second tour selon des résultats officiels

Vidéo par Marion GAUDIN , Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2010

Le président sortant Laurent Gbagbo, qui a recueilli 38,3 % des suffrages, sera opposé à l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara (32,08 %) au second tour de l'élection présidentielle ivoirienne, qui pourrait se tenir le 28 novembre.

AFP - Le président ivoirien Laurent Gbagbo et l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara s'affronteront au second tour d'une présidentielle historique, destinée à effacer une décennie de crise politico-militaire.

Au premier tour dimanche, M. Gbagbo a recueilli 1.755.495 voix, soit 38,3% des suffrages, contre 1.480.610 voix pour M. Ouattara (32,08%), a annoncé le président de la Commission électorale indépendante (CEI) Youssouf Bakayoko, lors d'une cérémonie dans la nuit de mercredi à jeudi.

L'ex-chef d'Etat Henri Konan Bédié a réuni 1.165.219 voix (25,24%). Il tentait à 76 ans de reconquérir le fauteuil dont il fut chassé en 1999 par le premier coup d'Etat de l'histoire du pays.

Mais son Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, ex-parti unique), fustigeant "opacité" et "erreurs de calcul", a dénoncé avant même les résultats officiels "une volonté manifeste de tripatouillage", et exigé un "recomptage des bulletins de vote".

Les résultats complets provisoires des trois ténors et des 11 "petits" candidats doivent être transmis au Conseil constitutionnel pour validation et proclamation des résultats définitifs.

Le second tour doit être organisé 15 jours après la proclamation des résultats définitifs du premier. Le 28 novembre est la date le plus souvent évoquée.

Dans les jours précédant les résultats, la crainte de violences a conduit nombre d'Ivoiriens à rester chez eux. Abidjan, envahie de folles rumeurs, a eu dans certains quartiers des airs de ville fantôme.

Après la proclamation des deux qualifiés, la capitale économique est restée calme. Pas d'explosions de joie, et la turbulente "rue Princesse", prisée des noctambules, était déserte. Calme plat aussi à Bouaké (centre), fief de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) contrôlant le nord du pays depuis le putsch raté et la guerre de 2002.

Au pouvoir depuis 2000 malgré la fin de son mandat en 2005, M. Gbagbo, 65 ans, candidat de "La majorité présidentielle" (LMP), entend prendre sa revanche après avoir été privé du nord ivoirien depuis huit ans.

Le camp Gbagbo nourrit une grande hostilité à l'égard d'Alassane Dramane Ouattara ("ADO"), qu'il accuse d'avoir inspiré les rebelles. Le chef du Rassemblement des républicains (RDR), 68 ans, empêché de se présenter en 2000 pour "nationalité douteuse" et symbole des déchirements identitaires ivoiriens, souhaite, lui, réparer ce qu'il considère comme une "injustice".

L'une des grandes questions du second tour sera celle du report des voix de M. Bédié vers l'ex-Premier ministre. Les deux hommes sont alliés depuis 2005 au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), mais la méfiance demeure souvent entre militants ou cadres.

Le camp Bédié avait dans les années 1990 tenté de barrer la route de la présidence à M. Ouattara, qu'il accusait d'être burkinabè, en développant le concept nationaliste d'"ivoirité".

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté les candidats de cette élection six fois repoussée depuis 2005 à "maintenir un environnement calme et pacifique et à accepter les résultats". Il a appelé leurs supporteurs à éviter "toute provocation ou violence".

Il a jugé que les irrégularités avaient été "mineures" lors du vote, marqué par la participation d'environ 80% des 5,7 millions d'électeurs, qui s'étaient rendus aux urnes dans le calme, l'émotion et l'espoir.

Première publication : 04/11/2010

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    Le taux de participation s'élève à environ 80 %, selon la Commission électorale

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    Les 11 années de crise qui ont ébranlé le "miracle ivoirien" (1/2)

    En savoir plus

  • Côte d'Ivoire: élection historique?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)