Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Afrique

Gbagbo et Ouattara s'affronteront au second tour selon des résultats officiels

©

Vidéo par Marion GAUDIN , Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2010

Le président sortant Laurent Gbagbo, qui a recueilli 38,3 % des suffrages, sera opposé à l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara (32,08 %) au second tour de l'élection présidentielle ivoirienne, qui pourrait se tenir le 28 novembre.

AFP - Le président ivoirien Laurent Gbagbo et l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara s'affronteront au second tour d'une présidentielle historique, destinée à effacer une décennie de crise politico-militaire.

Au premier tour dimanche, M. Gbagbo a recueilli 1.755.495 voix, soit 38,3% des suffrages, contre 1.480.610 voix pour M. Ouattara (32,08%), a annoncé le président de la Commission électorale indépendante (CEI) Youssouf Bakayoko, lors d'une cérémonie dans la nuit de mercredi à jeudi.

L'ex-chef d'Etat Henri Konan Bédié a réuni 1.165.219 voix (25,24%). Il tentait à 76 ans de reconquérir le fauteuil dont il fut chassé en 1999 par le premier coup d'Etat de l'histoire du pays.

Mais son Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, ex-parti unique), fustigeant "opacité" et "erreurs de calcul", a dénoncé avant même les résultats officiels "une volonté manifeste de tripatouillage", et exigé un "recomptage des bulletins de vote".

Les résultats complets provisoires des trois ténors et des 11 "petits" candidats doivent être transmis au Conseil constitutionnel pour validation et proclamation des résultats définitifs.

Le second tour doit être organisé 15 jours après la proclamation des résultats définitifs du premier. Le 28 novembre est la date le plus souvent évoquée.

Dans les jours précédant les résultats, la crainte de violences a conduit nombre d'Ivoiriens à rester chez eux. Abidjan, envahie de folles rumeurs, a eu dans certains quartiers des airs de ville fantôme.

Après la proclamation des deux qualifiés, la capitale économique est restée calme. Pas d'explosions de joie, et la turbulente "rue Princesse", prisée des noctambules, était déserte. Calme plat aussi à Bouaké (centre), fief de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) contrôlant le nord du pays depuis le putsch raté et la guerre de 2002.

Au pouvoir depuis 2000 malgré la fin de son mandat en 2005, M. Gbagbo, 65 ans, candidat de "La majorité présidentielle" (LMP), entend prendre sa revanche après avoir été privé du nord ivoirien depuis huit ans.

Le camp Gbagbo nourrit une grande hostilité à l'égard d'Alassane Dramane Ouattara ("ADO"), qu'il accuse d'avoir inspiré les rebelles. Le chef du Rassemblement des républicains (RDR), 68 ans, empêché de se présenter en 2000 pour "nationalité douteuse" et symbole des déchirements identitaires ivoiriens, souhaite, lui, réparer ce qu'il considère comme une "injustice".

L'une des grandes questions du second tour sera celle du report des voix de M. Bédié vers l'ex-Premier ministre. Les deux hommes sont alliés depuis 2005 au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), mais la méfiance demeure souvent entre militants ou cadres.

Le camp Bédié avait dans les années 1990 tenté de barrer la route de la présidence à M. Ouattara, qu'il accusait d'être burkinabè, en développant le concept nationaliste d'"ivoirité".

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté les candidats de cette élection six fois repoussée depuis 2005 à "maintenir un environnement calme et pacifique et à accepter les résultats". Il a appelé leurs supporteurs à éviter "toute provocation ou violence".

Il a jugé que les irrégularités avaient été "mineures" lors du vote, marqué par la participation d'environ 80% des 5,7 millions d'électeurs, qui s'étaient rendus aux urnes dans le calme, l'émotion et l'espoir.

Première publication : 04/11/2010

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    Le taux de participation s'élève à environ 80 %, selon la Commission électorale

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    Les 11 années de crise qui ont ébranlé le "miracle ivoirien" (1/2)

    En savoir plus

  • Côte d'Ivoire: élection historique?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)