Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Afrique, le continent des possibles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Lieux saints partagés" : une exposition sur l'art de coexister

En savoir plus

FOCUS

La République en marche à l'épreuve de la démocratie interne

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Au fil de la Vézère, un patrimoine qui remonte à la préhistoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La fin est proche" pour Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réforme fiscale de Trump franchit un nouveau cap

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Environnement : "Non, il n'est pas trop tard"

En savoir plus

EUROPE

Un colis suspect adressé à l'ambassade de France à Athènes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/11/2010

Quelques jours après l'interception d'une dizaine de colis piégés expédiés de Grèce vers des ambassades et des dirigeants étrangers, un paquet suspect a été adressé jeudi à l'ambassade de France à Athènes. La police procède à son analyse.

AFP - Un 14ème colis piégé, adressé celui-ci à l'ambassade de France, a été intercepté jeudi à Athènes et des artificiers, alertés par le personnel français, l'ont fait détonner, a indiqué une source policière grecque.

Jugé suspect à son arrivée à la chancellerie, le paquet avait été retourné à l'agence de messagerie expéditrice, dans la banlieue de Kallithéa au sud d'Athènes, a précisé la même source.

L'expéditeur indiqué sur le paquet était l'archevêque orthodoxe d'Athènes, chef de l'Eglise nationale, et l'explosif était dissimulé dans un tome évidé des oeuvres complètes de Georges Souris, un poète satirique grec du 19ème siècle, a précisé la police.

L'ambassade de France n'était pas joignable dans l'immédiat. A Paris, le ministère français des Affaires étrangères a confirmé qu'un colis aux conditions d'acheminement "suspectes" avait été détruit jeudi par des artificiers grecs à l'ambassade de France à Athènes.

Cette nouvelle alerte intervient après l'interception depuis lundi à Athènes, Berlin et Bologne (Italie) de 13 colis piégés adressés à des ambassades et dirigeants étrangers, tous expédiés depuis la Grèce.

Imputée par la police à des extrémistes locaux issus de la mouvance anarchiste, cette affaire a obligé la Grèce à suspendre tout son courrier international pour vérification.

Par ailleurs, trois paquets jugés supects par un transporteur de Péania, dans la grande banlieue d'Athènes, ont été signalés à la police qui a dépêché sur place des artificiers.

Les sociétes de messagerie grecque ont été priées depuis lundi de redoubler de vigilance.

Une réunion a eu lieu jeudi matin au ministère grec des Transports sous l'égide du ministre des Dimitris Reppas avec la participation des responsables de la police, de la poste grecque et des messageries rapides. Ils doivent examiner l'éventualité de prolonger l'interdiction de la sortie du courrier international du pays.

Première publication : 04/11/2010

  • GRÈCE

    La jeunesse d'extrême gauche ou le visage du "nouveau terrorisme"

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Tentative d'attentats simultanés en Grèce, Italie et Allemagne

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Plusieurs colis piégés adressés à des ambassades

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)