Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

EUROPE

Le président serbe présente ses excuses à la Croatie pour le massacre de Vukovar

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/11/2010

En visite ce jeudi en Croatie, Boris Tadic aura été le premier président serbe à rendre hommage aux victimes de la ville de Vukovar, où des centaines de civils et de prisonniers ont été tués en 1991 par l'armée serbe.

AFP - Le président serbe Boris Tadic est arrivé jeudi à Vukovar, ville dans l'est de la Croatie théâtre de certaines des pires atrocités pendant la guerre de 1991-1995, pour une visite historique perçue comme un nouveau pas dans la réconciliation entre Belgrade et Zagreb.

M. Tadic est arrivé peu après 10H00 locales (09H00 GMT) à bord d'un ferry, récemment mis en service et reliant Vukovar, à Bac, localité sur la rive serbe du Danube.

Il a été accueilli sur le quai de Vukovar par son homologue croate Ivo Josipovic et le maire de Vukovar Zeljko Sabo ainsi qu'une centaine d'habitants de cette ville croate qui ont applaudi le président serbe.

Le président serbe Boris Tadic s'est excusé jeudi pour le massacre de Vukovar sur le site d'Ovcara où il rendait hommage à quelque 200 civils et prisonniers de guerre croates, tués par les forces serbes après la prise de la ville en novembre 1991.

"Je suis ici pour rendre hommage aux victimes et exprimer des mots d'excuses et de regrets", a déclaré M. Tadic à la presse.

Il sera le premier dirigeant serbe à rendre hommage aux victimes de Vukovar.

Le massacre de Vukovar a été l'épisode le plus sanglant de la guerre de 1991-95. Deux anciens responsables de l'Armée populaire yougoslave (JNA) ont été condamnés par le Tribunal pénal international (TPI) pour ce drame.

Les deux présidents visiteront le centre mémorial d'Ovcara où les victimes ont été tuées et enterrées dans des fausses communes.

Une quarantaine de femmes en noirs, dont des proches ont été tués ou sont toujorus portés disparus, se trouvaient sur le site d'Ovcara avant l'arrivée du président serbe. Elles priaient et tenaient des bougies allumées.

"Tout Vukovar est Ovcara", a déclaré Vilma Vibovic, qui cherche toujours à savoir ce qu'il est arrivé à cinq membres de sa famille portés disparus.

"Je considère la venue du président Tadic comme un acte de violence car nous cherchons toujours à savoir ce qui s'est passé avec nos proches (...) le seul moyen pour moi de continuer c'est de savoir la vérité", a-t-elle ajouté.

L'arrivée de M. Tadic à Vukovar a donné lieu à une certaine controverse en Croatie et un parti de droite a appelé les citoyens de Vukovar à protester contre cette visite et se rassembler sur les bords des routes d'Ovcara où les deux présidents devraient passer.

Une cinquantaine de personnes ont répondu à cet appel et manifestaient dans les rues de Vukovar sur le trajet menant à Ovcara. Ils brandissaient notamment des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "tu ne peux pas faire disparaitre notre sang", "nous voulons des excuses, pas l'expression de regrets".

"Personne n'est opposé à la visite de (Boris) Tadic, mais nous voulons qu'il s'excuse au nom de la Serbie pour les crimes de guerre commis et nous voulons que le destin des disparus soit élucidé", déclare un vétéran de la guerre sous le couvert de l'anonymat.

Les présidents serbe et croate se rendront également dans le village de Paulin Dvor, où 18 Serbes et un civil d'ethnie hongroise ont été assassinés par les forces croates en décembre 1991.

M. Tadic devrait rencontrer à Vukovar les familles de Croates toujours portés disparus, ainsi que les représentants de la communauté serbe.

Le Premier ministre croate, Jadranka Kosor, devrait également participer à cette visite.

La visite de M. Tadic, qui devrait être suivie par une visite officielle à Zagreb au cours du mois, est un nouveau signe de l'amélioration des relations entre la Croatie et la Serbie sous l'impulsion des deux présidents.
 

Première publication : 04/11/2010

  • SERBIE

    L'Union européenne accepte d'étudier la candidature de la Serbie

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    La Serbie affirme qu'elle ne reconnaîtra "jamais" l'indépendance du Kosovo

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)