Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

Asie - pacifique

Second incident moteur pour un avion de la compagnie australienne Qantas

Vidéo par Carlotta RANIERI , Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2010

Une avarie de moteur a contraint un Boeing 747-400 de la compagnie australienne Qantas a procédé, ce vendredi, à un atterrissage d'urgence à Singapour. Un incident similaire était survenu deux jours plus tôt sur un A380 de la même compagnie.

AFP - Un deuxième appareil de la compagnie australienne Qantas a dû atterrir d'urgence vendredi à cause d'une avarie de moteur, au lendemain de l'atterrissage d'urgence d'un Airbus 380 également pour un problème de moteur, sans qu'il y ait toutefois de blessés dans les deux cas.

Un Boeing 747-400, qui se rendait à Sydney avec 431 personnes à bord, dont 412 passagers, a connu un problème de moteur juste après son décollage de Singapour et a dû regagner l'aéroport de Changi, a annoncé une porte-parole de la compagnie.

Le Boeing 747-400 s'est posé sans encombre à l'aéroport de Changi, à Singapour, a indiqué la porte-parole. "Peu après le décollage, le commandant de bord a eu un problème avec l'un des moteurs", a-t-elle précisé.

La veille, un autre appareil de Qantas, un Airbus A380, avait déjà été contraint de rebrousser chemin et de regagner Singapour pour un atterrissage d'urgence, l'un de ses moteurs ayant également subi une avarie.

Les passagers à bord du Boeing 747-400 ont raconté qu'ils avaient entendu une explosion et vu des flammes sur l'un des réacteurs quelques minutes seulement après le décollage.

"C'était assez effrayant", a déclaré une touriste suédoise, Lisa Ogden, 28 ans.

"Un moteur sous l'aile a explosé, cela ressemblait à un feu d'artifice, un sacré feu d'artifice", a-t-elle raconté à des journalistes après avoir débarqué à l'aéroport de Singapour.

"L'avion a subi une secousse et le personnel de bord a crié 'Crise' et a demandé à chacun de s'asseoir. Certains criaient, un ou deux se sont levés. Cela m'a paru une éternité, mais au bout d'une minute seulement les flammes se sont éteintes", a-t-elle expliqué.

"On voyait des flammes sortir du réacteur", a raconté Terence Sim, un passager originaire de Singapour. "Nous avons pu voir une gerbe de flammes jaillir du moteur", a renchéri un Australien, Andrew Jenkins, qui a dit avoir entendu une explosion.

Plus tôt dans la journée, l'avarie de moteur subie la veille par un Airbus A380 de Qantas, premier incident de cette gravité pour le plus gros avion de ligne du monde, a été attribuée à un problème potentiel de conception des moteurs.

Le directeur général de Qantas, Alan Joyce, qui a révélé que plusieurs des pneus de l'avion avaient éclaté à l'atterrissage, a indiqué que la compagnie espérait reprendre les vols de sa flotte d'A380 d'ici à 48 heures après vérification de l'ensemble des appareils.

"Nous pensons qu'il s'agit fort probablement d'une avarie matérielle ou d'une question de conception (...) nous ne pensons pas que cela soit lié à la maintenance", a déclaré M. Joyce à la presse.

L'Airbus A380 était équipé de moteurs Trent 900 du motoriste britannique Rolls-Royce. Ce moteur, spécialement développé pour le très gros porteur d'Airbus, équipe les appareils de Lufthansa, Singapore Airlines et Qantas.

"C'est un problème de moteurs et la maintenance des moteurs est faite par Rolls-Royce depuis leur installation sur l'appareil", a dit M. Joyce.

Il a également révélé qu'un autre moteur, proche de celui sur lequel l'avarie s'est produite, ne s'était pas arrêté après l'atterrissage, soulevant des questions supplémentaires.

Airbus a dépêché une équipe de six spécialistes, arrivés vendredi à Singapour.

L'Airbus de Qantas a connu des problèmes six minutes après avoir décollé de Singapour en direction de Sydney, alors qu'il survolait l'île indonésienne de Batam, très proche de la ville-Etat.

Aucun des 440 passagers et des 26 membres d'équipage n'a été blessé.

L'A380, capable de transporter plus de 500 passagers, est en service depuis 2007. Trente-huit exemplaires sont actuellement en exploitation, selon Airbus.

L'appareil de Qantas a été livré en septembre 2008 et a effectué 8.165 heures de vol.

Depuis son lancement, le "paquebot des airs" a connu quelques incidents techniques, mais aucun de la gravité du vol Qantas. En septembre 2009, un avion de Singapore Airlines assurant la liaison Paris-Singapour a dû rebrousser chemin en raison d'une panne moteur.
 

Première publication : 05/11/2010

  • AUSTRALIE

    Qantas immobilise ses Airbus A380 après un atterrissage d'urgence à Singapour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)