Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

Asie - pacifique

La France et la Chine scellent leur réconciliation sous le soleil niçois

Vidéo par Joris Zylberman

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2010

Au lendemain de la signature, à Paris, de nombreux contrats avec des entreprises françaises, les présidents chinois et français, Hu Jintao et Nicolas Sarkozy, affichent leur nouvelle amitié à Nice, à quelques jours de l’ouverture du G20.

C’est sous le soleil de la Côte d’Azur que Nicolas Sarkozy et Hu Jintao ont choisi d’afficher le réchauffement diplomatique franco-chinois. Après une journée passée à Paris, ponctuée par la signature de juteux contrats, le président chinois et son épouse sont descendus, ce vendredi, dans un luxueux palace niçois.

Depuis jeudi, le couple présidentiel est reçu en grande pompe par les autorités françaises, qui veulent définitivement tourner la page des incompréhensions survenues en 2008 après le passage tumultueux de la flamme olympique à Paris et la rencontre entre Nicolas Sarkozy et le dalaï-lama.

Le faste de cette visite d’État doit sceller la réconciliation franco-chinoise, amorcée au mois d'avril dernier par la tournée en Chine de Nicolas Sarkozy. Cette stratégie semble porter ses fruits : les médias officiels chinois ont largement relayé les honneurs avec lesquels ont été reçus Hu Jintao et sa femme Liu Yongqing.

"D'égal à égal avec la France"

"C’est plus qu’un réchauffement. Le président chinois, qui s’exprime peu et pèse chacun de ses mots, a indiqué qu’il voulait un partenariat 'd’égal à égal' avec la France", explique Pierre Picard, spécialiste de la Chine et auteur de l'ouvrage "L'Empire chinois".

Selon lui, la France a toujours été considérée par Pékin comme "une vieille et grande nation" et jouit d’"une excellente image en Chine", malgré les récentes polémiques. "Cette visite permet à Paris de repartir sur de bonnes bases avec un pays qui va devenir la première puissance économique dans neuf ou dix ans et qui a tout intérêt à diversifier ses relations diplomatiques", analyse-t-il.

Le président chinois est d’autant plus choyé qu’aucun sujet embarrassant ne devrait être abordé durant sa visite. Les manifestants des droits de l’Homme sont tenus à l’écart des cortèges officiels et aucune conférence de presse n’a été programmée. Côté français, on veut éviter de froisser ce nouvel ami. Nicolas Sarkozy s’est ainsi gardé de commenter la récente attribution du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo, perçue comme un affront par Pékin.

"Les Chinois sont extrêmement sensibles à tout ce qui touche à leur souveraineté nationale, ils sont donc très charitables quand un pays ne fourre pas le nez dans leurs affaires. C’est un point primordial pour eux, bien plus important que la signature de contrats commerciaux", analyse Stéphane Marchand, rédacteur en chef de "Paris Tech Review" et chroniqueur sur France 24.

Le G20 en ligne de mire

En contrepartie de cette discrétion sur les sujets qui fâchent, le président chinois a offert à Nicolas Sarkozy un appui de taille. Il a ainsi assuré à son hôte, lors de l'unique prise de parole de sa visite, qu'il œuvrerait au succès de la présidence française du G20, qui débute le 12 novembre.

À l'occasion des nouveaux entretiens qu'il a eu ce vendredi avec Nicolas Sarkozy, Hu Jintao a par ailleurs affirmé partager l'analyse française d'une nécessaire réforme du système monétaire international destiné à mettre de l'ordre dans les fluctuations des grandes monnaies. "Il y a une vraie convergence de vue entre la Chine et la France, à la fois sur les objectifs à atteindre et sur la voie, les modalités et l'atmosphère qui doivent exister pour (mener à bien) cette réforme", a ainsi déclaré un reponsable de la présidence française, en marge de la rencontre des deux présidents.

Un geste censé garantir un partenariat durable entre les deux pays, "car malgré sa toute puissance, la Chine est en fin de compte comme tout le monde, elle a besoin d’alliés", précise Stéphane Marchand.

Cette ère de coopération nouvelle était déjà perceptible lors du sommet Union européenne-Asie, les 4 et 5 octobre derniers, quand l'Europe avait accentué sa pression sur Pékin pour une réévaluation du yuan. Nicolas Sarkozy s'était alors efforcé de calmer le jeu avec les Chinois.

 "La Chine sent monter sur elle la pression de la guerre des monnaies. La France a un rôle de médiateur à jouer dans cette querelle avec les États-Unis et l’Europe", assure Stéphane Marchand. Un rôle dont les deux dirigeants vont pouvoir s’entretenir ce soir, autour d’un bon repas, dans le cadre feutré d’un des plus célèbres restaurants de Nice.
 

Première publication : 05/11/2010

  • DIPLOMATIE

    Un prix Nobel de la paix au menu des discussions entre Sarkozy et Hu Jintao ?

    En savoir plus

  • FRANCE-CHINE

    Des échanges commerciaux très déséquilibrés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)