Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Asie - pacifique

La conception du moteur pourrait être à l'origine de l'avarie de l'A380, selon Qantas

Vidéo par Carlotta RANIERI , Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2010

Alan Joyce (photo), le DG de la compagnie australienne Qantas dont un Airbus A380 a subi une avarie moteur hier, nie tout problème de maintenance et avance une erreur "de conception". EADS répond que la sécurité de l'A380 n'est pas en question.

AFP - L'avarie moteur subie par un Airbus A380 de Qantas, premier incident de cette gravité pour le plus gros avion de ligne du monde, le contraignant à atterrir d'urgence, est peut-être due à un problème de conception des moteurs, a estimé vendredi la compagnie aérienne australienne.

"Cet incident est significatif. Il concerne un moteur Rolls-Royce. Il n'a évidemment pas mis en danger la sécurité de l'avion qui est dessiné pour pouvoir voler et faire ses missions avec trois moteurs"

Louis Gallois, président exécutif d'EADS, maison mère d'Airbus

Son directeur général, Alan Joyce, qui a révélé que plusieurs des pneus de l'avion avaient éclaté à l'atterrissage, a également indiqué que la compagnie espérait reprendre les vols de sa flotte d'A380 d'ici 48 heures après vérification de l'ensemble des appareils.

"Nous pensons qu'il s'agit fort probablement d'une avarie matérielle ou d'une question de conception...nous ne pensons pas que cela soit lié à la maintenance", a déclaré M. Joyce lors d'une conférence de presse.

L'Airbus A380 était équipé de moteurs Trent 900 du motoriste britannique Rolls-Royce, lequel a recommandé des examens sur l'ensemble des moteurs de ce type.

Ce moteur, spécialement développé pour le très gros porteur d'Airbus, équipe les appareils de Lufthansa, Singapore Airlines et Qantas.

"C'est un problème de moteurs et la maintenance des moteurs est faite par Rolls-Royce depuis leur installation sur l'appareil", a-t-il dit.

M. Joyce a également révélé qu'un autre moteur, proche de celui défectueux, ne s'était pas arrêté après l'atterrissage, soulevant des questions supplémentaires.

Qantas espère reprendre les vols de ses A380 d'ici 48 heures après des vérifications menées par Rolls-Royce à Los Angeles et Sydney, a-t-il également indiqué. "Nous pensons que ces vérifications seront terminées sur l'ensemble de nos A380 d'ici 24 à 48 heures".

Airbus de son côté a dépêché une équipe de six spécialistes arrivés vendredi à Singapour.

Deux autres compagnies dont les A380 sont équipés des mêmes moteurs Rolls-Royce ont annoncé des vérifications sur leurs appareils.

Singapore Airlines a cependant annoncé vendredi qu'elle avait repris les vols de ses Airbus A380 après les vérifications techniques nécessaires.

M. Joyce a également indiqué que plusieurs pneus de l'appareil avaient éclaté à l'atterrissage.

L'Airbus de Qantas a connu des problèmes six minutes après avoir décollé de Singapour en direction de Sydney, alors qu'il survolait l'île indonésienne de Batam, très proche de la ville-Etat.

Aucun des 440 passagers et des 26 membres d'équipage n'a été blessé.

Selon les premiers éléments, il s'agirait d'une avarie sur la partie arrière d'un des quatre moteurs. Il "a perdu son +capotage+ arrière", ce qui "a entraîné des dommages sérieux", a indiqué le bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA), qui va collaborer à l'enquête technique.

Des morceaux de métal, portant les couleurs de Qantas, ont "été éparpillés dans Batam, essentiellement dans des zones résidentielles", a indiqué un responsable policier, Bobby Baharudin.

Airbus a expliqué jeudi que les avions étaient "certifiés" pour pouvoir faire face à "ce genre de situation difficile" et voler sur trois réacteurs. "Nous ne minimisons pas l'incident mais c'est prévu par les procédures de certification", a-t-on ajouté.

L'A380, le plus gros avion du monde, capable de transporter plus de 500 passagers, est en service depuis 2007. Trente-huit exemplaires sont actuellement en exploitation et ils ont transporté plus de 6,5 millions de passagers à ce jour, selon Airbus.

L'appareil de Qantas avait été livré à la compagnie australienne le 19 septembre 2008 et a effectué 8.165 heures de vol.

Depuis son lancement, le "paquebot des airs" a connu des incidents techniques, mais aucun de la gravité du vol Qantas. En septembre 2009, un avion de Singapore Airlines assurant la liaison Paris-Singapour avait dû rebrousser chemin en raison d'une panne moteur.

L'action Qantas a perdu 1,04% à 2,86 dollars australiens vendredi à la Bourse de Sydney.

Première publication : 05/11/2010

  • AUSTRALIE

    Qantas immobilise ses Airbus A380 après un atterrissage d'urgence à Singapour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)