Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates de l'occupation

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

EUROPE

Tbilissi affirme avoir démasqué une dizaine d'espions à la solde de la Russie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2010

Moscou se dit "très en colère" vendredi après l'arrestation par la Géorgie de 13 suspects, dont 4 Russes, accusés d'espionnage. L'interpellation ravive les tensions permanentes entre les deux pays depuis le conflit armé qui les a opposés en 2008.

AFP - La Géorgie a annoncé vendredi avoir démantelé un important réseau d'espionnage russe et arrêté 13 suspects, parmi lesquels quatre ressortissants russes, suscitant la "colère" de Moscou.

Les suspects, parmi lesquels figurent également des responsables militaires géorgiens, ont transmis des informations secrètes concernant l'armée géorgienne aux services de renseignement militaires russes (GRU), a précisé Chota Outiachvili, porte-parole du ministère géorgien de l'Intérieur.

"C'est important pour le renforcement du renseignement militaire en Géorgie et il s'agit d'un gros revers pour le GRU", a déclaré à l'AFP M. Outiachvili, assurant que les services de sécurité géorgiens avaient réussi à infiltrer le réseau d'espions.

Moscou, qui entretient des relations exécrables avec Tbilissi a très vivement réagi. "Nous sommes très en colère après l'annonce des arrestations de citoyens russes en Géorgie et nous sommes en train d'examiner la situation", a déclaré un responsable du ministère russe des affaires étrangères, dont l'identité n'a pas été précisée, cité par l'agence Interfax,

"C'est une provocation marquant une nouvelle aggravation de la psychose anti-russe du gouvernement géorgien", a ajouté cette source.

Moscou et Tbilissi ont été opposés dans un bref conflit armé en août 2008, lorsque l'armée russe avait envahi en partie la Géorgie pour repousser les forces géorgiennes qui tentaient de reprendre le contrôle de la république séparatiste d'Ossétie du Sud.

Les tensions entre les deux pays sont permanentes depuis des années, la Russie soutenant l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, deux régions sécessionnistes de Géorgie. Après le conflit de 2008 Moscou a reconnu l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, où se trouvent toujours des troupes russes, une décision dénoncée par Tbilissi et par les pays occidentaux.

Des médias russes et occidentaux avaient fait état la semaine dernière de ces arrestations, mais les autorités n'ont pas voulu commenter ces informations avant vendredi, jour où la Russie célèbre ses services de renseignement.

Selon M. Outiachvili, le réseau d'espionnage était centré sur la république autonome d'Adjarie, une ex-région rebelle soutenue par Moscou dans le sud-ouest de la Géorgie, voisine de la Turquie, dont Tbilissi a repris le contrôle en 2004.

Les suspects géorgiens, parmi lesquels figurent des militaires, des pilotes d'hélicoptères et des hommes d'affaires, ont transmis des informations sur des "ordres militaires, l'état de préparation et les lieux de déploiement" à des agents du GRU, y compris pendant la guerre de l'été 2008, selon la même source.

"Ces officiers géorgiens passaient des secrets militaires à des citoyens russes, qui étaient en liaison avec le GRU", a affirmé le porte-parole.

Un groupe d'agents géorgiens a réussi à infiltrer ce réseau et à obtenir "tous les codes de sécurité et les noms des personnes impliquées dans l'opération", a-t-il précisé.

Les services géorgiens ont obtenu les codes de "cryptage, décryptage et de sécurité" utilisés régulièrement par le GRU, a-t-il dit.

Le ministère géorgien de l'Intérieur devait donner plus de détails vendredi lors d'une conférence de presse.

En 2006, la Géorgie avait arrêté quatre militaires russes en les accusant d'espionnage, avant de les renvoyer en Russie.

Première publication : 05/11/2010

  • DIPLOMATIE

    Hillary Clinton rejette le concept de "sphère d'influence" russe en Géorgie

    En savoir plus

  • GÉORGIE

    Un faux reportage annonçant une invasion russe sème la panique à Tbilissi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)