Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Une enquête ouverte sur la montée de LVMH dans le capital d'Hermès

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2010

Les conditions dans lesquelles le géant du luxe LVMH a porté à 17,1 % sa participation au capital de Hermès vont être étudiées lors d'une enquête ouverte par l'Autorité des marchés financiers, a déclaré vendredi son président Jean-Pierre Jouyet.

AFP - Le président de l'Autorité des marchés financiers Jean-Pierre Jouyet a annoncé vendredi qu'une "enquête sera ouverte" sur les conditions dans lesquelles s'est effectuée la montée du groupe de luxe LVMH au capital de son concurrent Hermès.

L'examen du gendarme de la Bourse portera également sur les mouvements enregistrés par le titre Hermès dans les jours précédant l'annonce de LVMH, a précisé M. Jouyet, qui était interrogé sur la radio RMC.

LVMH avait pris les marchés financiers par surprise en révélant le 23 octobre qu'il avait accumulé sur plusieurs années une position de 17,1% au sein d'Hermès, alors que la réglementation française fait obligation de déclarer les franchissements des seuils de 5%, 10% et 15% du capital.

Il avait expliqué quelques jours plus tard qu'il avait réussi ce tour de passe-passe grâce à l'utilisation de produits dérivés.

Ces contrats stipulaient initialement un dénouement en espèces, ce qui dispensait LVMH de les déclarer. Mais les 21 et 24 octobre, des avenants ont été conclus permettant la livraison physique des titres. Avant son offensive, LVMH détenait déjà 4,9% du capital, non déclaré comme il en avait le droit.

M. Jouyet s'était déjà exprimé sur l'affaire, en reconnaissant que le stratagème utilisé par LVMH n'était pas en soi illégal au regard de la loi.

Dans un entretien publié mardi par le journal Les Echos, M. Jouyet avait rappelé qu'un rapport de l'AMF de 2008 préconisait que les instruments financiers utilisés, appelés "equity swaps", soient comptabilisés au même titre que les actions dans les calculs pour les franchissements de seuil.

"Cette proposition n'a pas été retenue dans la loi, c'est fort regrettable", avait alors indiqué M. Jouyet.

Première publication : 05/11/2010

  • FRANCE

    Le géant du luxe LVMH entre au capital d'Hermès à hauteur de 14,2 %

    En savoir plus

  • MODE

    Jean-Paul Gaultier n’habillera plus la femme Hermès

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)