Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : Olympique Lyonnais - Paris Saint-Germain en direct

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

EUROPE

Le "Tchernobyl roulant" arrive en Allemagne

©

Vidéo par Anne MAILLIET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2010

Le convoi de 11 containers de déchets radioactifs est sur le point d'atteindre l'Allemagne, après que son trajet a été modifié dans la nuit. À Gorleben, des centaines de militants antinucléaires l'attendent de pied ferme.

Le convoi a été rebaptisé le "Tchernobyl roulant" ou le "train de l’enfer" par les militants écologistes. Ses onze containers de déchets radioactifs, retraités à l’usine Areva de La Hague (ouest de la France), ont quitté vendredi l'Ouest de la France et était en passe, samedi midi, de franchir la frontière aux alentours de Lauterbourg (Bas-Rhin).

Son parcours français a été modifié dans la nuit de vendredi à samedi, pour rattraper un retard dû à un blocage en début de parcours.

Bien qu'Anne Lauvergeon, présidente d’Areva, se veuille rassurante sur les conditions de transport, les écologistes dénoncent un convoi dont le taux de radioactivité atteindrait des niveaux historiques.

"Il s'agit du transport le plus radioactif qui ait jamais eu lieu. Ce transport concentre au moins deux fois plus de radioactivité que le total des pollutions radioactives émises par la catastrophe de Tchernobyl", affirme le réseau français Sortir du nucléaire dans un communiqué.

LE TRAJET INITIAL DU CASTOR


Gorleben, bastion de la contestation antinucléaire
 
Le train, appelé Castor, doit arriver samedi à Gorleben, après un parcours jalonné de manifestations antinucléaires, qui trouveront leur point d'orgue au terminus où près de 30 000 personnes sont attendues.

"Cette année, pour la première fois, on va ‘ballaster’ le Castor. Notre plan consiste à enlever tout le ballaste d’un côté du rail et en laisser de l’autre, comme ça, si un train passait dessus, il déraillerait", explique un activiste au micro de FRANCE 24.

À Gorleben, les militants antinucléaires vivent au rythme de la résistance contre l’atome depuis 30 ans. Cette petite ville de Basse-Saxe accueille les déchets radioactifs qui sont stockés depuis 1983 dans des entrepôts, en attendant d’être enfouis un jour, peut-être, dans un site définitif.  

Mais les autorités allemandes n'ont jamais cherché à stocker leurs déchets radioactifs ailleurs qu’à Gorleben, site dont les couches géologiques sont considérées comme étant les mieux adaptées au stockage profond.

Personne dans la région ne semble plus croire que les déchets quitteront un jour le site. "On nous a dit pendant des dizaines d’années qu’il s’agissait d’un site de prospection. Mais, concrètement, ils ont toujours travaillé sur la construction du site", explique Heinrich Pothmer, un agriculteur en première ligne de la contestation antinucléaire.

L’affaire prend une dimension politique

L’affaire Gorleben a pris une dimension politique et une commission parlementaire a été mise en place pour tenter de déterminer comment et pourquoi le site de Gorleben a été choisi.

Seulement voilà, le Parlement allemand vient d’entériner un projet de loi sur l’allongement  de la durée de vie des centrales nucléaires. Douze ans de fonctionnement supplémentaires pour les 17 réacteurs nucléaires allemands, alors que le pays était censé sortir du nucléaire en 2020. Cela représente, pour Gorleben, 500 containers de déchets supplémentaires à stocker. Mais, selon les sondages, l'opinion publique est majoritairement hostile à cette décision.

Le nucléaire en Allemagne : une énergie incontournable?


"Quand la décision de sortir du nucléaire a été prise, au moment où les Verts et les socio-démocrates sont arrivés au pouvoir en 1998, cela a été un véritable soulagement pour la population allemande dont la majorité est opposée à l’utilisation du nucléaire civil", explique Anne Mailliet, correspondante de FRANCE 24 à Berlin.
   
Lors du transport de déchets nucléaires en 2008 près de 16 000 policiers avaient été déployés en Allemagne. Le train était resté bloqué pendant 14 heures à la frontière par des militants.
   

 

Première publication : 05/11/2010

  • ALLEMAGNE

    Berlin prolonge la durée de vie de ses centrales nucléaires

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre le nucléaire

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    EDF et Areva annoncent un accord sur la gestion des déchets nucléaires

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)