Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Des dizaines de morts dans l'attaque de deux mosquées à Peshawar

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2010

Près de 70 personnes ont trouvé la mort dans deux attentats successifs ayant pris pour cible deux mosquées différentes des faubourgs de Peshawar. Une attaque sans précédent dans le pays depuis septembre.

AFP - Au moins 65 personnes ont été tuées et 120 blessées vendredi dans deux attaques, dont un attentat-suicide ayant fait à lui seul une soixantaine de morts, qui ont visé des mosquées dans le nord-ouest du Pakistan, en proie aux actes terroristes des talibans et de leurs alliés.

A Akhurwall, près de Peshawar, la grande ville du nord-ouest, un kamikaze a pénétré par l'arrière du lieu de culte et fait exploser sa bombe au milieu des fidèles rassemblés pour la grande prière du vendredi, a expliqué à l'AFP Khalid Umarzaï, un haut responsable de l'administration locale. Onze enfants figurent parmi les tués.

Akhurwall est le village d'un notable, Wali Mohammad, qui a levé en 2007 une milice tribale pour combattre les talibans. "Nous pensons que les talibans ont perpétré cet attentat", a déclaré à l'AFP Sohbat Khan Afridi, un chef tribal, assurant que les insurgés visaient des membres de la milice.

La maison de Wali Mohammad, attenante, a été partiellement détruite.

"Nous ne sommes pas responsables de cet attentat", a rétorqué Azam Tariq, le porte-parole des talibans pakistanais, dans un entretien téléphonique avec l'AFP, assurant que ses hommes "ne ciblent jamais les civils".

L'explosion a fait 61 morts et 104 blessés, selon un bilan donné à l'AFP par Gul Jamal Khan, un responsable de l'administration locale. "Certains des corps sont méconnaissables", a-t-il dit.

La mosquée a été réduite à un amas de béton, seul un des quatre murs étant encore debout, a témoigné un journaliste de l'AFP. Du sang et des morceaux de chair jonchaient encore les décombres plusieurs heures après l'attaque.

Quatre grenades ont par ailleurs été lancées contre une mosquée de Suleman Khel, un village situé à une vingtaine de kilomètres, a déclaré un responsable de la police, Kalam Khan.

Le bilan de cette deuxième attaque est d'au moins quatre morts et 21 blessés, a dit à l'AFP le docteur Asmat Ullah, chargé du service des urgences à l'hôpital de Peshawar où les blessés ont été admis.

Environ 3.800 personnes ont été tuées depuis l'été 2007 au Pakistan dans une vague de plus de 400 attentats et attaques -essentiellement suicide- perpétrés par les talibans pakistanais qui ont fait allégeance à Al-Qaïda et par des groupes alliés.

Les kamikazes visent d'ordinaire les bâtiments officiels et les forces de sécurité, mais, ces derniers mois, ils s'en prennent de plus en plus souvent aux civils, y compris dans des lieux saints, notamment des obédiences minoritaires de l'islam au Pakistan, comme les chiites et les soufis, considérés comme hérétiques par les talibans, sunnites radicaux.

Les talibans, qui ont fait allégeance à Al-Qaïda, ont décrété à l'été 2007 le jihad contre Islamabad pour son soutien à la "guerre contre le terrorisme" de Washington.

Leur fief, les zones tribales du nord-ouest, frontalières de l'Afghanistan, sont devenues le principal sanctuaire d'Al-Qaïda dans le monde, mais aussi la base arrière des talibans afghans.

Les drones de la CIA y procèdent quasi-quotidiennement à des attaques.

L'armée pakistanaise a perdu plus de 2.400 hommes dans les zones tribales depuis fin 2001, quand Islamabad s'est allié aux Etats-Unis en vue de pourchasser les responsables des attentats du 11 septembre. Mais le Pakistan est accusé par certains responsables américains de ne pas faire assez contre Al-Qaïda et certains talibans afghans.

Vendredi, le porte-parole taliban Azam Tariq a accusé "Blackwater", l'ex-compagnie de sécurité américaine rebaptisée Xe, d'avoir perpétré l'attentat de la mosquée d'Akhurwall. Les talibans n'endossent jamais la responsabilité des attaques visant des civils et accusent régulièrement des "barbouzes" américaines de les commettre.

Ces dernières années, l'antiaméricanisme a atteint des sommets parmi les 170 millions d'habitants de la République Islamique du Pakistan.
 

Première publication : 05/11/2010

  • PAKISTAN

    Double attentat meurtrier à l'entrée d'un lieu saint de Karachi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)