Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Venezuela : Nicolas Maduro accusé de tuer les étudiants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi, à 20h40.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 09/11/2010

Gorleben, au cœur de la résistance anti-nucléaire

En Allemagne, la région du Wendland est synonyme de résistance contre le nucléaire. C'est ici, près d'un village de cette région, Gorleben, que pourraient un jour être stockés les déchets produits par les centrales allemandes. Mais depuis 30 ans, les habitants se battent corps et âme pour empêcher que ce projet n'aboutisse.

Heinrich Pothmer, agriculteur, a tenu le discours fondateur de la première manifestation contre la prospection de Gorleben en 1979.

Eckard Kruse, pasteur, se bat depuis 20 ans au côté de ses paroissiens pour dire non au stockage de déchets nucléaires dans la région.

Le comte de Bernstorff, grand propriétaire terrien, a refusé de vendre une partie de sa forêt pour bloquer le projet.

Dans le Wendland, la résistance contre le nucléaire a des visages multiples, mais une seule et même conviction : si les autorités ne cherchent qu’à Gorleben, c’est qu’elles ne veulent trouver qu’à Gorleben.

Personne n’est vraiment disposé à vivre avec des déchets nucléaires sur le pas de sa porte, d’autant moins lorsqu’on a le sentiment que le site n’est pas adapté. Or, les doutes sur la compatibilité des couches géologiques salines pour le stockage de déchets nucléaires existent depuis des décennies. De là à y voir une décision politique plutôt que scientifique, il n’y a qu’un pas, franchi par Greenpeace, qui a épluché des milliers de documents pour étayer sa thèse.

En trente ans, Gorleben est devenu le symbole de la résistance anti-nucléaire. Un symbole plus actuel que jamais, car le gouvernement vient de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires allemandes de douze ans. 4000 tonnes de déchets supplémentaires vont découler de cette décision.

Avant l’arrivée du 11ème transport de déchets en provenance de la Hague, ils étaient unanimes : cette fois, ils feront tout pour l’empêcher d’arriver à bon port. Promesse tenue : jamais un train Castor n’avait été autant retardé par les activistes anti-nucléaires.

Par Brice BOUSSOUAR , Anne MAILLIET

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/02/2015 Pakistan

Pakistan : la police dans la ligne de mire des Taliban

Karachi, la plus grande ville du Pakistan, doit faire face à l’influence grandissante des Taliban. Pour y mettre fin, les forces de l’ordre ont lancé en septembre 2013...

En savoir plus

20/02/2015 Cisjordanie

Cisjordanie, le business des colonies

En Cisjordanie, les colonies juives continuent de s'étendre. Autorisées ou non par le gouvernement israélien, elles sont considérées comme illégales par la communauté...

En savoir plus

12/02/2015 Tunisie

Aux sources du jihad en Tunisie

La Tunisie a beau avoir fait le choix de la démocratie, le pays reste un important pourvoyeur de candidats au jihad. Depuis trois ans, des milliers de jeunes Tunisiens sont...

En savoir plus

05/02/2015 Inde

Inde : la rumeur du "Love Jihad"

En Inde, où la société est régulièrement secouée par des tensions religieuses, des extrémistes hindous accusent des musulmans de pratiquer un "Love Jihad", un "Jihad de l’amour"....

En savoir plus

30/01/2015 Syrie

Syrie : Kobané, la reconquête

Au nord de la Syrie, après de longs mois d’intenses combats, la ville kurde de Kobané, a été reprise aux jihadistes de l’organisation de l’État islamique. Nos reporters ont...

En savoir plus