Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

L'imam radical Abou Hamza conserve sa nationalité britannique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2010

La justice britannique a annoncé qu'Abou Hamza, l'ex-imam de la mosquée de Finsbury Park emprisonné depuis 2007 pour incitation au meurtre et à la haine raciale, ne pouvait être déchu de sa nationalité britannique, comme le réclamait le gouvernement.

AFP - Une commission spéciale d'appel a jugé vendredi que le gouvernement britannique ne pouvait pas retirer son passeport à l'imam radical Abou Hamza, actuellement emprisonné au Royaume Uni et menacé d'extradition vers les Etats-Unis, car celui-ci serait alors apatride.

L'ancien imam de la mosquée de Finsbury Park, dans le nord de Londres, a été condamné en 2007 à une peine de sept ans dans une prison londonienne de haute sécurité pour incitation au meurtre et à la haine raciale.

Abou Hamza, d'origine égyptienne, borgne et équipé d'un crochet à la place d'une main, est recherché par les Etats-Unis.

L'imam faisait valoir que sa nationalité égyptienne lui avait été retirée, alors que le gouvernement britannique plaidait qu'aucune pièce officielle ne le prouvait.

Un porte-parole de Downing Street a précisé vendredi que la décision judiciaire n'affecterait pas la procédure d'extradition en cours.

Vendredi, le juge Edward Mitting, de la Commission spéciale d'appel sur l'immigration a jugé qu'il "avait de bonnes raisons de croire" que la nationalité égyptienne lui avait bien été retirée, ce qui aurait pour effet, si son passeport britannique lui était retiré, de le rendre apatride.

La Cour européenne des Droits de l'homme a bloqué en juillet l'extradition de la Grande-Bretagne vers les Etats-Unis d'Abou Hamza et de trois autres terroristes présumés, dans l'attente d'un arrêt sur le fond.

Les Etats-Unis réclament son extradition afin de le traduire en justice pour prise d'otages au Yémen (1998-1999), complot en vue de la création d'un camp d'entraînement terroriste dans l'Oregon, aux Etats-Unis, (octobre 1999 à avril 2000), et soutien à des actes terroristes en Afghanistan (1999-2001).

Abou Hamza a perdu tous ses recours au Royaume-Uni contre son extradition.

Première publication : 05/11/2010

COMMENTAIRE(S)