Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à l'âge de 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

EUROPE

L'imam radical Abou Hamza conserve sa nationalité britannique

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/11/2010

La justice britannique a annoncé qu'Abou Hamza, l'ex-imam de la mosquée de Finsbury Park emprisonné depuis 2007 pour incitation au meurtre et à la haine raciale, ne pouvait être déchu de sa nationalité britannique, comme le réclamait le gouvernement.

AFP - Une commission spéciale d'appel a jugé vendredi que le gouvernement britannique ne pouvait pas retirer son passeport à l'imam radical Abou Hamza, actuellement emprisonné au Royaume Uni et menacé d'extradition vers les Etats-Unis, car celui-ci serait alors apatride.

L'ancien imam de la mosquée de Finsbury Park, dans le nord de Londres, a été condamné en 2007 à une peine de sept ans dans une prison londonienne de haute sécurité pour incitation au meurtre et à la haine raciale.

Abou Hamza, d'origine égyptienne, borgne et équipé d'un crochet à la place d'une main, est recherché par les Etats-Unis.

L'imam faisait valoir que sa nationalité égyptienne lui avait été retirée, alors que le gouvernement britannique plaidait qu'aucune pièce officielle ne le prouvait.

Un porte-parole de Downing Street a précisé vendredi que la décision judiciaire n'affecterait pas la procédure d'extradition en cours.

Vendredi, le juge Edward Mitting, de la Commission spéciale d'appel sur l'immigration a jugé qu'il "avait de bonnes raisons de croire" que la nationalité égyptienne lui avait bien été retirée, ce qui aurait pour effet, si son passeport britannique lui était retiré, de le rendre apatride.

La Cour européenne des Droits de l'homme a bloqué en juillet l'extradition de la Grande-Bretagne vers les Etats-Unis d'Abou Hamza et de trois autres terroristes présumés, dans l'attente d'un arrêt sur le fond.

Les Etats-Unis réclament son extradition afin de le traduire en justice pour prise d'otages au Yémen (1998-1999), complot en vue de la création d'un camp d'entraînement terroriste dans l'Oregon, aux Etats-Unis, (octobre 1999 à avril 2000), et soutien à des actes terroristes en Afghanistan (1999-2001).

Abou Hamza a perdu tous ses recours au Royaume-Uni contre son extradition.

Première publication : 05/11/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)