Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Amériques

L'un des principaux barons de la drogue, "Tony Tormenta", abattu par l'armée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/11/2010

Sa tête était mise à prix pour 5 millions de dollars. Ezequiel Cardenas, dit "Tony Tormenta", règnait sur le cartel du Golfe du Mexique. Il est tombé sous les balles d'une opération commando, près de la frontière américaine.

Reuters - L’armée mexicaine a abattu vendredi Ezequiel Cardenas, l’un des plus puissants barons de la drogue au Mexique, au cours d’une violente opération menée à Matamoros, fief des narcotrafiquants situé à proximité de la frontière des Etats-Unis.

La mort de Cardenas, qui avait succédé à son frère à la tête du cartel du golfe du Mexique après l’extradition de ce dernier vers le Texas en 2007, constitue une victoire dans la guerre engagée par le président Felipe Calderon depuis son accession au pouvoir en décembre 2006.

Environ 150 commandos appuyés par des hélicoptères et des unités de l’armée de terre ont affronté pendant plusieurs heures les membres du cartel à Matamoros, localité reliée par plusieurs ponts à Brownsvillle aux Etats-Unis. En raison de la violence des combats, la frontière a été brièvement fermée.

Les têtes des cartels tombent

16 décembre 2009 : Arturo Beltran Leyva, chef du cartel qui porte son nom, a été tué dans un raid des forces de sécurité mexicaines.
29 juillet 2010 : Le numéro trois du cartel de Sinaloa, Ignacio "Nacho" Coronel, a été abattu.
30 août 2010 : La police capture Edgar Valdez Villarreal, alias "La Barbie", un des principaux hommes de main présumés du cartel Beltran Leyva.
12 septembre 2010 : Sergio Villarreal Barragan, alias "El Grande", chef présumé du cartel de la drogue Beltran Leyva, est arrêté sans opposer la moindre résistance.

Les soldats mexicains ont mené une véritable opération d’assaut faisant face à un feu nourri et à des jets de grenades de la part des narcotrafiquants retranchés dans plusieurs habitations.

Les forces de l’ordre ont finalement réussi à cerner le repaire d’Ezequiel Cardens, alias « Tony Tormenta », qui est mort dans les échanges de coups de feu.

Trois soldats et quatre hommes de main du cartel ont également été tués, a précisé la Marine mexicaine. Un journaliste aurait également été tué dans un échange de tirs, rapporte la presse locale.

La guerre des cartels, 31.000 morts en 4 ans

Ezequiel Cardenas, 48 ans, était le frère d’Osiel Cardenas qui a été extradé vers le Texas en 2007 et dirigeait avec son complice Jorge Edurado Costilla, surnommé El Coss et toujours en fuite, le cartel du golfe du Mexique qui règne sur le trafic de drogue en Amérique centrale.

Une récompense de cinq millions de dollars avait été offerte pour la capture du « narco » connu pour avoir décapité et torturé nombre de ses rivaux.

Le cartel qui compte des ramifications à travers les Etats-Unis est engagé dans une guerre contre son ancienne branche armée connue sous le nom de Zetas. Les violences se sont multiplié dans la région riche de Monterrey et ont gagné le Texas voisin.

Alejandro Poire, conseiller de Calderon pour les questions de sécurité nationale, a qualifié la mort de Cardenas de succès majeur dans le combat contre un trafic qui génère 40 milliards de dollars par an à destination des Etats-Unis.

« Aujourd’hui, nous avons fait un grand pas vers le démantèlement des organisations criminelles qui font tant de mal à la population de notre pays », a dit Poire devant la presse.

Plus de 31.000 personnes ont été tuées au Mexique depuis décembre 2006 lorsque le président Calderon a pris ses fonctions et décrété une guerre contre le trafic de drogue.

Des trafiquants ont bloqué des routes et ont incendié plusieurs stations service dans la localité de Morelia dans l’ouest du Mexique vendredi soir après la capture d’un chef de bande, rapporte l’agence de presse Notimex.

Selon des observateurs, la violence liée au trafic de drogue se poursuivra tant que ne sera pas réglé le problème de la corruption au sein de la police, du système judiciaire et de l’administration pénitentiaire.

La police au service des cartels

« Malheureusement, cela risque d’alimenter encore plus la spirale de la violence car toutes les parties rivales vont vouloir maintenant profiter de l’affaiblissement du cartel », a expliqué Pedro de la Cruz, spécialiste des questions de sécurité à l’université nationale autonome du Mexique.

Zetas, organisation soupçonnée d’être responsable des pires atrocités dans cette guerre, dont le meurtre de 72 migrants au mois d’août, est sortie relativement indemne de cette répression et la plupart de ses dirigeants sont toujours en fuite.

Première publication : 06/11/2010

  • La guerre des cartels envahit la toile

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Treize jeunes tués par balles dans une fête à Ciudad Juarez

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)