Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, un mandat d'arrêt délivré contre le capitaine

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'Inde et le Pakistan invités au dialogue et à la coopération antiterroriste par Obama

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/11/2010

En visite en Inde, le président américain a rappelé le Pakistan à ses engagements antiterroristes, et demandé à son voisin indien de lui faire confiance. Les relations entre les deux pays sont très tendues depuis les attentats de Bombay (2008).

AFP - Le président américain Barack Obama a appelé dimanche l'Inde et le Pakistan à travailler ensemble pour résoudre leurs différends, soulignant que New Delhi avait le plus grand intérêt à la réussite de son rival dans la lutte contre l'extrémisme, jugée toutefois trop lente.

Le Pakistan progresse contre le "cancer" de l'extrémisme mais "pas aussi vite que nous le voudrions", a-t-il déclaré lors d'une visite à Bombay, victime d'attentats en novembre 2008 perpétrés par un groupe islamiste basé au Pakistan qui avaient fait 166 morts.

Le seul survivant du commando de dix hommes lourdement armés a déclaré qu'ils avaient été recrutés, entraînés et équipés par le mouvement Lashkar-e-Taïba (LeT), avec un soutien de certains membres des services de renseignement et de l'armée du Pakistan.

La réconciliation indo-pakistanaise, "c’est absolument dans votre intérêt"

Tout en soulignant que les Etats-Unis "ne pouvaient pas imposer" un partenariat entre les deux pays, qui se sont mené trois guerres depuis leur indépendance concomitante en 1947, Obama a ajouté que l'Inde, à la croissance rapide, avait le plus intérêt à la réussite de son frère ennemi.

"Mon espoir est qu'avec le temps la confiance se développe entre les deux pays, que le dialogue commence peut-être sur moins de questions controversées pour aller vers des questions plus controversées", a-t-il déclaré.

"Je suis absolument convaincu que le pays qui a le plus grand intérêt au Pakistan est l'Inde", a-t-il affirmé devant des étudiants de l'université St Xavier à Bombay.

"Si le Pakistan est stable et prospère, c'est meilleur pour l'Inde (...) parce que l'Inde évolue vite, et vous savez, c'est absolument dans votre intérêt", a-t-il insisté.

New Delhi et Islamabad avaient entamé un difficile processus de paix en 2004 mais après les attentats de Bombay, l'Inde a gelé les discussions.

Depuis près d'un an et sous la pression de Washington qui cherche une stabilité régionale, de hauts responsables se sont de nouveau rencontrés pour tenter de remettre le dialogue sur les rails.

La question du Cachemire

Obama a entamé samedi sa visite de trois jours en Inde en rendant hommage aux victimes des attentats de Bombay devant l'un des sites qui avaient été attaqués, l'hôtel Taj Mahal, mais sans condamnation du Pakistan, ce qui a provoqué dimanche des commentaires déçus dans la presse indienne.

Washington continue de maintenir une difficile alliance antiterroriste avec le Pakistan, qui est soupçonné de financer des groupes extrémistes ciblant New Delhi, notamment via sa présence en Afghanistan.

Alors qu'aucune question n'a été posée sur le Cachemire par les étudiants, une figure du séparatisme a appelé dimanche Obama à intervenir sur cette région disputée avec le Pakistan, jugeant qu'il aiderait ainsi à éliminer le déficit de confiance entre les Etats-Unis et le monde musulman.

L'Inde est farouchement opposé à toute intervention extérieure concernant le conflit et Obama avait provoqué la colère lorsqu'il avait suggéré, avant d'arriver au pouvoir, une médiation des Etats-Unis dans cette région à majorité musulmane.

Au lendemain de l'annonce d'accords commerciaux, les médias saluaient dimanche un resserrement des liens entre New Delhi et Washington, considérés comme le reflet du dynamisme de la croissance économique indienne.

Obama a annoncé samedi pour 10 milliards de dollars d'accords avec l'Inde qui devraient créer 50.000 emplois américains, quelque jours après la défaite de son camp aux législatives de mi-mandat dans lesquelles l'état de l'économie américaine a été l'un des premiers motifs de mécontentement électoral.

Le président est arrivé dans l'après-midi à New Delhi pour le volet officiel de sa visite.

Première publication : 07/11/2010

  • DIPLOMATIE

    L'Inde, partenaire commercial et stratégique pour Barack Obama

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Barack Obama entame une tournée de dix jours en Asie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le Premier ministre indien Manmohan Singh tend la main à Barack Obama

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)