Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Culture

L'appel de l'artiste Ai Weiwei aux gouvernements occidentaux

Dernière modification : 08/11/2010

Ai Weiwei, artiste assigné à résidence à Shanghai ce week-end, appelle les gouvernements européens et américain à réclamer le respect des droits de l'homme en Chine et la libération du prix Nobel de la paix, lors de leur rencontres avec Hu Jintao.

AFP - Ai Weiwei, artiste chinois qui a passé le week-end assigné à résidence, a appelé lundi les dirigeants occidentaux à soulever à Pékin la question des droits de l'Homme, à la veille de la première visite officielle en Chine du chef du gouvernement britannique David Cameron.

Les dirigeants étrangers "doivent insister sur les droits de l'Homme, il est inadmissible que des gens soient emprisonnés parce qu'ils pensent d'une manière différente", a-t-il déclaré par téléphone à l'AFP.

"Les gouvernements occidentaux doivent mettre en oeuvre ces principes. S'ils n'y arrivent pas, ils trahissent fondamentalement les valeurs les plus importantes de l'humanité", a poursuivi Ai Weiwei.

"Les pays européens ou américains qui font du commerce avec la Chine font en fait du commerce avec un groupe de gens qui tournent le dos aux valeurs les plus fondamentales", a-t-il martelé. "Ce commerce nuit aux intérêts de chaque citoyen ordinaire en Chine. Ils doivent avoir cela à l'esprit".

"Je ne sais quelle sera la réaction du Premier ministre britannique. Mais à des degrés différents, les dirigeants américain, français, allemand, ont trahi les valeurs les plus importantes de l'humanité", a encore dit Ai Weiwei.

Cette prise de position intervient quelques jours après la visite en France du président chinois Hu Jintao, marquée par la signature de gros contrats profitant à l'industrie française mais au cours de laquelle la question des droits de l'Homme a été, selon les ONG, sacrifiée aux intérêts économiques.

Ai Weiwei a d'autre part annoncé ne plus être assigné à résidence après avoir été empêché durant trois jours de se rendre à un banquet qu'il souhaitait organiser dans son atelier de Shanghai promis à la démolition.

"Il était prévu que mon assignation à résidence dure jusqu'à minuit hier. En fait, la police est partie vers 23H00", a déclaré l'artiste, qui a souvent été en délicatesse avec le pouvoir.

Dans une initiative non dénuée d'ironie, Ai Weiwei avait invité ses amis à un banquet dimanche à Shanghai pour "célébrer" la prochaine destruction forcée de son atelier.

Privés d'Ai Weiwei, ses proches se sont quand même réunis par centaines dimanche au lieu prévu du banquet, selon des messages transmis sur Twitter.

L'artiste expose actuellement une installation géante de graines de tournesol de porcelaine à la Tate Modern à Londres.

Première publication : 08/11/2010

  • DIPLOMATIE

    La France et la Chine scellent leur réconciliation sous le soleil niçois

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Un prix Nobel de la paix au menu des discussions entre Sarkozy et Hu Jintao ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)