Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

FRANCE

L'histoire du général de Gaulle en quelques dates

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/11/2010

De la "France libre" à la crise de mai 1968 en passant par la Constitution de la Ve République, l’homme de l'Appel du 18 juin est lié aux évènements qui ont façonné la France d’aujourd’hui. Retour sur les périodes-clés du gaullisme.

 

  • La Seconde Guerre mondiale
Farouchement opposé à l'armistice que le maréchal Pétain signe avec l’Allemagne nazie, le général de Gaulle, alors sous-secrétaire d'État à la Guerre, rejoint Londres et lance, le 18 juin 1940, son célèbre appel radiophonique à poursuivre le combat. De la capitale britannique, il organise les forces de la "France libre" - la résistance extérieure - avec les militaires français qui refusent de rendre les armes et les forces de l’empire colonial.
 
En 1942, il opère un rapprochement avec les mouvements de résistance sur le sol
retrouver ce média sur www.ina.fr
français et charge Jean Moulin de la création d’un Conseil national de la résistance (CNR). De Gaulle, inconnu du grand public au début de la guerre, incarne désormais la figure de la résistance à l’occupant nazi aux yeux des Français et des Alliés.
 
Le 25 août 1944, le général de Gaulle entre dans Paris libéré avec les troupes de la division Leclerc. Accueilli en héros, il est désigné chef du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) chargé de relancer un pays ruiné par la guerre et l’occupation. Une fonction dont il démissionne le 20 janvier 1946, à la suite d’un désaccord avec les partis politiques sur l'élaboration de la Constitution de la IVe République.
 
En 1947, il entre dans l’opposition et fonde sa propre formation, le Rassemblement du peuple français (RPF). Mais à la suite d’un revers électoral en 1953, il décide de se retirer de la vie politique.
 
  • La Constitution de 1958
Cette "traversée du désert" au cours de laquelle il rédige ses Mémoires prend fin en 1958. Dos au mur après l'insurrection du 13 mai à Alger, le président Coty fait appel au général de Gaulle qui est investi chef du dernier gouvernement de la IVe République par l'Assemblée nationale. Celui-ci n'accepte toutefois de revenir au pouvoir qu’à condition de modifier en profondeur les institutions. La nouvelle Constitution donnant naissance à la Ve République, qu’il a inspirée, est approuvée lors d'un référendum par 80 % des électeurs.
 
Le 21 décembre 1958, Charles de Gaulle est élu président de la République au suffrage universel indirect. Il sera réélu le 19 décembre 1965, au suffrage universel au second tour face à François Mitterrand, son meilleur ennemi.
 
  • La décolonisation et la guerre d'Algérie
Le 24 août 1958, en visite à Brazzaville, le général de Gaulle amorce le processus de décolonisation des pays d’Afrique subsaharienne en créant une Communauté franco-africaine. Deux ans plus tard, en pleine crise algérienne, les États africains francophones accèdent à l’indépendance.
 
Porté au pouvoir par les défenseurs de l’Algérie française à qui il a adressé, à Alger, son célèbre "Je vous ai compris" le 4 juin 1958, De Gaulle restera dans l’histoire comme celui qui a mis fin à la guerre d’Algérie. Signés en mars 1962, les accords d'Évian entérinent l’indépendance du pays. Mais cette politique vaut au Général une haine tenace de ses opposants qui se traduit par le "putsch des généraux" avorté et le terrorisme de l'Organisation de l’armée secrète (OAS). En 1962, il échappe à un attentat au Petit-Clamart.
 
  • La crise de Mai-68
    retrouver ce média sur www.ina.fr
C’est l’histoire d’un violent mouvement de protestation étudiante auquel se greffe une mobilisation des salariés qui finit par déboucher sur une crise politique majeure. Face au mouvement, le pouvoir du général de Gaulle vacille. Le 29 mai, le Président, qui tergiverse, disparaît en pleine crise. Parti en hélicoptère pour rencontrer le général Massu à Baden-Baden, en Allemagne, il revient le lendemain pour dissoudre l'Assemblée. Une manifestation monstre organisée pour soutenir le général de Gaulle finit par ailleurs de rassurer l’Élysée. Mais malgré la victoire écrasante du camp gaulliste lors des législatives, la crise a prouvé qu’un fossé idéologique et générationnel irrémédiable s’est creusé entre les Français et De Gaulle, au pouvoir depuis dix ans.
 
  • Démission et disparition
Le 27 avril 1969 scelle le destin politique de l’homme du 18-Juin. Ayant mis son mandat dans la balance en cas d’échec du référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat, De Gaulle démissionne le lendemain de la victoire du non (par 52,4 % des voix). Retiré de la vie politique, il reprend l'écriture de ses Mémoires. Il meurt le 9 novembre 1970 dans son fief lorrain de Colombey-les-deux-églises, il y a quarante ans jour pour jour.

 

L'adieu au général de Gaulle

Première publication : 09/11/2010

COMMENTAIRE(S)