Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Amériques

George W. Bush publie ses mémoires

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/11/2010

11-Septembre, guerre en Irak et en Afghanistan, terrorisme : dans ses mémoires intitulés "Decision Points" publiés ce mardi, l'ex-président américain revient sur ses deux mandats à la Maison Blanche. L'ouvrage a été tiré à 1,5 million d'exemplaires.

AFP - George W. Bush, pratiquement silencieux depuis qu'il a quitté la Maison Blanche, fait son retour sur le devant de la scène avec la publication mardi de ses mémoires, dans lesquels il justifie sa "guerre au terrorisme" et, avec un bémol, l'invasion de l'Irak.

L'ouvrage, intitulé "Decision Points" ("Instants décisifs" pour la version française qui sort mercredi chez Plon), débarque tout juste une semaine après la victoire des républicains aux élections législatives. L'instant doit avoir un parfum de revanche pour un ancien président qui touchait les tréfonds de l'impopularité sur la fin de son mandat.

La sortie des mémoires, tirés à 1,5 million d'exemplaires, s'accompagne d'un "plan médias" qui a vu M. Bush, 64 ans, accorder lundi soir à la chaîne NBC son premier entretien télévisé depuis qu'il a cédé les clés de la Maison Blanche à Barack Obama début 2009.

En près de 500 pages, les mémoires du 43e président (2001-2009) reviennent sur son mandat marqué par les attentats du 11-Septembre et les guerres qu'il a engagées en Afghanistan, puis en Irak.

Sur NBC, M. Bush a assuré qu'il avait été "une voix dissidente" au sein de son administration en s'opposant à la guerre en Irak, avant de finalement se rallier au recours à la force contre Saddam Hussein en 2003.

"Je ne voulais pas utiliser la force (...) Je voulais donner une chance à la diplomatie", a expliqué l'ancien chef d'Etat.

Selon un extrait de son livre publié par les médias, M. Bush assure que "personne n'a été aussi écoeuré et en colère que moi quand on n'a pas trouvé d'armes de destruction massive" en Irak, alors que cela avait justifié les hostilités.

Mais sur NBC, il a refusé de s'excuser devant les Américains d'avoir engagé la guerre: "S'excuser signifierait que cette décision était mauvaise".

Il justifie aussi le recours au supplice de la baignoire employé à l'encontre du cerveau auto-proclamé des attentats du 11-Septembre, Khaled Cheikh Mohammed.

"Oh que oui", répond M. Bush, interrogé par la CIA pour savoir si elle peut utiliser cette technique d'interrogatoire sur le Pakistanais, selon un extrait du livre publié par le Washington Post.

George W. Bush explique qu'il pensait que le suspect possédait des informations vitales sur des attentats en préparation et qu'il reprendrait la même décision si cela pouvait sauver des vies.

Il révèle aussi avoir envisagé de se séparer de son vice-président, Dick Cheney, qui lui a offert de se retirer du "ticket" républicain avant la réélection de 2004.

"J'ai effectivement songé à accepter l'offre", déclare M. Bush selon le New York Times. M. Cheney était devenu "un abcès de fixation pour les médias et la gauche. Il était considéré comme un être sans coeur agissant dans l'ombre, comme le Dark Vador de l'administration", relève M. Bush.

Mais le président a fini par estimer qu'il avait besoin de lui pour l'aider "à faire le boulot".

M. Bush rapporte avoir traversé le pire moment de sa présidence lors d'un incident consécutif à l'ouragan Katrina, qui a dévasté La Nouvelle-Orléans en 2005 et a valu l'accusation d'incompétence à son administration. Le rappeur Kanye West l'avait alors accusé à la télévision de ne pas se préoccuper des Noirs.

"Il m'a traité de raciste", se souvient l'ex-président, selon un extrait de l'interview accordée à NBC. "Je ne l'ai pas digéré à l'époque et je ne le digère toujours pas (...) Ce n'était pas vrai et ça a été l'un des moments les plus écoeurants de ma présidence".

Dans un entretien au quotidien britannique Times publié mardi, l'ex-président révèle que le Premier ministre Tony Blair, à la veille de la guerre d'Irak, était prêt à sacrifier son gouvernement et sa fonction pour se maintenir aux côtés de Washington plutôt que de céder à une motion de défiance à la chambre.

"Si cela doit me coûter le gouvernement, qu'il en soit ainsi", aurait-il déclaré à M. Bush qui le mettait en garde.
 

Première publication : 09/11/2010

COMMENTAIRE(S)