Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Résilience brésilienne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, un Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

Asie - pacifique

À Jakarta, Obama tend de nouveau la main au monde musulman

©

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 10/11/2010

Un an après son célèbre discours du Caire, le président américain, Barack Obama, devrait profiter de sa visite en Indonésie pour sceller le rapprochement entre les États-Unis et les pays musulmans.

Suivez la retransmission du discours de Barack Obama en direct sur FRANCE 24.

 

Le président américain, Barack Obama, a affirmé, mardi, à Jakarta que les États-Unis étaient "sur la bonne voie" dans l'amélioration de leurs relations avec les pays musulmans : "nous n'avons pas complètement éliminé certains malentendus et suspicions qui existent depuis longtemps mais nous pensons être sur la bonne voie", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au premier jour de sa visite en Indonésie, le pays qui compte le plus de musulmans au monde.

"Quant à nos efforts pour tendre la main au monde musulman, je pense qu'ils ont été sincères et soutenus", a-t-il souligné, interrogé sur les résultats de sa politique plus d'un an après le discours sur cette question prononcé au Caire le 4 juin 2009.

Le numéro un américain a expliqué que la priorité de son administration avait été de ne pas se polariser sur les questions de sécurité dans les relations avec les pays musulmans. "Les gens ont bien d'autres intérêts que la sécurité. La sécurité est importante mais je veux être sûr que nous discutons avec un grand nombre de personnes d'un nombre étendu de sujets", a-t-il ajouté.

Au Caire, Barack Obama avait plaidé pour "un nouveau départ entre les musulmans et les États-Unis" pour mettre fin à "un cycle de méfiance" lié notamment à la guerre en Irak et à la politique engagée par son prédécesseur George W. Bush après les attentats du 11 septembre 2001.

"Bienvenue à la maison !"

Trente-neuf ans après l'avoir quittée enfant, le président américain s'est déclaré "vraiment heureux" de revenir mardi en Indonésie pour une visite qui risque d'être écourtée par les nuages de cendres émis par le volcan Merapi.

"C'est merveilleux d'être de retour ici!", s'est réjoui Obama deux heures après avoir posé le pied à Jakarta, la ville où il a vécu quatre ans à la fin des années 1960. Il a toutefois reconnu avoir été "un peu désorienté" en apercevant les gratte-ciels qui s'élèvent le long des avenues autrefois tranquilles de l'immense et bruyante capitale.

"Bienvenue à la maison !", "Barry revient chez lui", avait salué la presse mardi matin, dans l'attente de cette visite tant attendue et reportée à deux reprises depuis le début de l'année.

Prévu pour durer une vingtaine d'heures, le séjour du chef de l'État américain pourrait être encore plus court à cause du Merapi, toujours en éruption à plus de 400 kilomètres de la capitale indonésienne. "Il sera probablement nécessaire que nous quittions l'Indonésie avec plusieurs heures d'avance sur l'heure prévue demain à cause des risques liés aux cendres volcaniques", a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, à bord d'Air Force One. Obama doit se rendre en Corée du Sud pour participer au sommet du G20.

Accord de coopération stratégique et économique

En attendant de retrouver à Séoul son homologue indonésien Susilo Bambang Yudhoyono, il a signé avec lui un accord de "partenariat global" qui scelle "les relations fructueuse" entre les deux grandes démocraties.

Cet accord vise à renforcer la coopération dans les domaines de la sécurité, un enjeu clé pour les États-Unis en raison de la situation stratégique de l'Indonésie, mais aussi du commerce, de la lutte contre la déforestation ou des échanges universitaires.
Avec ce partenariat, l'Indonésie cherche à construire avec les États-Unis une "relation d'égal à égal", lui permettant d'affirmer sa place de première puissance économique d'Asie du sud-est et de membre du G20.

Peuplé de 240 millions d'habitants et riche en matières premières, le pays peut se montrer exigeant car il est courtisé de toutes parts, notamment par la Chine, décidée à y investir des dizaines de milliards de dollars dans les infrastructures, l'énergie ou les mines.

En raison de la brièveté de sa visite, Obama n'a pas le temps de montrer à son épouse Michelle la maison et les deux écoles qu'il a fréquentées entre les âges de 6 et 10 ans. Mais il devait croiser d'anciens camarades extrêmement fiers d'avoir "joué au foot" ou "coursé des poulets" avec le jeune "Barry", son surnom à l'époque.

Le programme initial prévoyait que le président américain visite mercredi matin l'immense mosquée de Jakarta, un geste apprécié dans le pays comptant le plus de musulmans au monde.

Obama n'a pas manqué d'exprimer sa solidarité avec les Indonésiens endeuillés par deux catastrophes naturelles - un tsunami et l'éruption du Merapi - qui ont causé la mort de plus de 500 personnes et fait des dizaines de milliers de sans-abri.

Première publication : 09/11/2010

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Barack Obama sur les traces de son enfance indonésienne

    En savoir plus

  • INDE

    Obama salue New Delhi comme une véritable "puissance mondiale"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)