Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

FRANCE

Premier ministre, un fauteuil très convoité

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 10/11/2010

Évoqué depuis six mois, le remaniement ministériel devrait survenir d’ici à la fin du mois de novembre. Gros plan sur les favoris et les outsiders de la course au poste de chef du gouvernement.

Jean-Louis Borloo, Michèle Alliot-Marie, Christine Lagarde, Luc Chatel, François Baroin, Bruno Le Maire, etc. En six mois, la presse française a égrené les noms d’une multitude de prétendants à la succession du Premier ministre, François Fillon… pour finalement retrouver dans le haut du tableau l’actuel locataire de Matignon et le ministre de l’Écologie, Jean-Louis Borloo.

Dans les coulisses de l’Élysée, on parle d’un remaniement pour la mi-novembre, certains se risquant à évoquer la date du 22 novembre, au lendemain du sommet de l’Otan. À travers cette réorganisation, le président français, Nicolas Sarkozy, espère bien rebondir après la douloureuse réforme des retraites (selon le baromètre Ipsos, le chef de l'État a battu un nouveau record d'impopularité avec 30 % d'avis favorables pour le mois de novembre). Et surtout, il mise sur cette nouvelle ère pour préparer sa réélection en 2012.



Les favoris

François Fillon. L’hôte de Matignon va-t-il prolonger son bail ? Un temps pressenti vers la sortie (en septembre, il avait ouvertement marqué sa différence avec le président en déclarant que Sarkozy n’est pas son "mentor" lors d’un entretien avec la chaîne France 2), il est revenu au premier plan de la liste des prétendants début novembre en défendant son bilan social : "Je crois à la continuité de notre politique réformiste parce que je pense qu’on ne gagne rien à changer de cap au milieu de l’action et parce que le redressement de la France réclame de la durée". Fillon, 56 ans, entend ainsi reprendre du terrain sur le thème favori de son plus grand rival : Jean-Louis Borloo.

Son profil rigoureux et mesuré rassure l’opinion et pourrait être un atout pour Sarkozy dans la perspective de 2012. Sa cote de popularité a traversé les crises et les réformes sans osciller (43 % pour le mois de novembre, selon un sondage Ipsos). D’après TNS-Sofres, 47 % des Français voudraient même le voir rester rue de Varenne, contre 22 % pour Jean-Louis Borloo. Le Premier ministre bénéficie également du soutien des parlementaires, qui lui offrent régulièrement des standing-ovations à l’Assemblée nationale.

Si Fillon conserve son fauteuil, Nicolas Sarkozy devra marquer le changement en proposant une refonte en profondeur au niveau gouvernemental. Raison pour laquelle les députés ne manquent pas de faire campagne pour l’actuel Premier ministre.

Jean-Louis Borloo. Archi-favori depuis la rentrée, l’actuel ministre de l’Écologie, 59 ans, est en train de se faire doubler par François Fillon dans le dernier virage censé le conduire à Matignon. Son arrivée avait pour but de marquer un nouveau style : plus original et plus jovial que Fillon, parfois même gaffeur. Sa méthode : la concertation et sa force à dépasser les clivages. Borloo aime aussi les coups de fil nocturnes pour convoquer ses équipes.

Ministre de la Ville (2002-2004), du Travail (2005), des Finances (pendant un mois, en 2007), puis du Développement durable (2007-2010), sa longévité ministérielle témoigne de son ambition. Pour prendre place dans le fauteuil de Premier ministre, il joue sur la carte sociale. "La justice sociale, c’est une obligation morale et humaine", affirme-t-il dans les médias. Au lendemain du conflit sur les retraites, il se positionne comme l’homme qui peut réconcilier syndicats et pouvoir. Surfant sur son succès au Grenelle de l’environnement, il entend lancer un Grenelle de la fiscalité.

Attaqué par le camp Fillon, il dénonce les "boules puantes" venant du clan d’en face. Dans cette guerre ouverte, l’ancien maire de Valenciennes (nord de la France) jouit toutefois du soutien de l’ex-conseiller de l’Élysée Raymond Soubie et de l’influent secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, qui le qualifie d’"orfèvre en matière sociale".

Son opération séduction passe aussi par le relooking avec une nouvelle coupe de cheveux et de nouveaux costumes. Il se plaît également à citer régulièrement le nom de Nicolas Sarkozy dans ses discours.

Si Jean-Louis Borloo fait son entrée à Matignon, Nicolas Sarkozy pourrait profiter de l’électorat centriste, voire écologiste, de son nouveau Premier ministre pour élargir sa base en vue de la présidentielle de 2012. Mais le ministre a perdu des points en minimisant la pénurie d’essence lors des récentes grèves et en communiquant des chiffres imprécis. S’il choisit Borloo, Sarkozy pourra se contenter d’un léger remaniement sur le plan ministériel.

 

Les outsiders



François Baroin. 
"Il sait combien je compte sur lui", a déclaré, début novembre, le chef de l’État en faisant référence au ministre du Budget, âgé de 45 ans. Sa nomination serait un signe d’ouverture aux chiraquiens.



Bruno Le Maire.
Également jeune prétendant (41 ans), l’actuel ministre de l’Agriculture et ancien directeur de Dominique de Villepin à Matignon connaît parfaitement la machinerie gouvernementale. Méconnu du grand public, il entretient son profil d’outsider. "Personne ne peut être candidat à Matignon", a-t-il fait savoir en rappelant que ce ne serait "pas correct vis-à-vis du président de la République", qui reste le "seul à même de décider qui il nomme Premier ministre". "Et ce qu'il décidera sera bien", a-t-il ajouté.

Midterm

Première publication : 09/11/2010

COMMENTAIRE(S)