Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 09/11/2010

La vidéo de l'incident naval ravive les tensions sino-japonaises

La vidéo de l’incident naval au cœur de la crise sino-japonaise fait l’objet d’une fuite sur Internet. Une blogueuse publie une photo de son fils déguisé en fille et suscite la polémique. Et les caricaturistes russes investissent le Net.

TENSIONS SINO-JAPONAISES

Cette vidéo mise en ligne sur la Toile n’aurait jamais dû être rendue publique. Filmée par les gardes-côtes japonais, elle montre la collision entre un chalutier chinois et un patrouilleur nippon au large d’îlots du Pacifique revendiqué par Pékin et Tokyo. La diffusion de ces images vient envenimer la crise diplomatique provoquée en septembre dernier par cet incident maritime. Un conflit qui s’étend sur la Toile.

Sur Twitter, de nombreux internautes japonais ont réagi à la fuite de cette vidéo que Tokyo n’avait pas souhaité divulguer de peur d’irriter la Chine. Cet utilisateur se demande ainsi pourquoi la justice de son pays a décidé de libérer le capitaine chinois alors qu’il est, selon lui, responsable de la collision.

Mais les internautes chinois, eux, n’ont pas du tout la même vision des choses. Sur ce forum de discussion par exemple, certains estiment au contraire que ce sont les gardes-côtes japonais qui se seraient trop rapprochés du bateau de pêche chinois.

Cet incident maritime a en effet fait resurgir le sentiment anti-japonais dans la blogosphère locale. Dernière initiative en date : ces photos de trois mannequins chinoises. Leur message : c’est à la Chine qu’appartiennent les îles disputées, appelées Diaoyu en chinois et Senkaku en japonais.

Et face à cette vague d’hostilité en ligne, des internautes japonais ont décidé de répliquer. Ils ont ainsi lancé un concours d’illustrations visant à personnifier le « diable japonais », terme péjoratif utilisé en Chine pour désigner les Nippons. Un personnage qu’ils ont choisi de représenter sous la forme d’une jolie guerrière.


UNE MÈRE BLOGUEUSE CRÉE LA POLÉMIQUE


« Mon fils est gay ». Voici le titre d’un post écrit sur son blog par une mère de famille américaine pour parler de son enfant de 5 ans. Un article accompagné d’une photo du petit qui avait choisi de se déguiser en personnage féminin à l’occasion de la fête d’Halloween. Des propos qui provoquent la polémique en ligne.

Et ce malgré les explications de la maman blogueuse alias « Cop’s wife » qui affirme avoir rédigé l’article en question dans le seul but de dénoncer les préjugés associés aux petits garçons portant des costumes de filles.

Une prise de position qui lui a d’ailleurs valu de multiples encouragements d’internautes. Ils sont des dizaines à avoir rédigé des messages de soutien à cette mère de famille sur leur blog ou à applaudir sa façon d’éduquer son fils via Twitter notamment.

Mais de nombreuses voix se sont aussi fait entendre sur la toile pour critiquer cette initiative. Cette blogueuse affirme ainsi que c’est la protection de l’identité en ligne de son fils qui est en jeu et que cette affaire risque de le poursuivre longtemps. Elle s’interroge également sur les conséquences à long terme pour l’enfant d’un référencement sur Internet de la photo sous le titre « Mon fils est gay ».

Enfin, pour cette internaute, cette histoire illustre les dérives potentielles des blogs animés par des mamans. Selon elle, les mères blogueuses oublient en effet souvent que leurs enfants ne sont pas des personnages romanesques mais bien des êtres réels. Elle leur conseille donc d’être vigilantes par rapport aux propos et photos publiées sur la toile.


CARICATURISTES RUSSES

Dans un pays où la plupart des médias grand public sont soumis au pouvoir, les caricaturistes russes ont trouvé refuge sur la Toile. Qu’elle vise le duo Poutine-Medvedev ou des responsables locaux, la satire est en effet presque absente dans la presse traditionnelle. Des artistes comme Viktor Bogorad, dont les dessins circulaient sous le manteau pendant l’ère soviétique, se sont donc tournés vers Internet pour échapper à la censure.

LA REINE D’ANGLETERRE SUR FACEBOOK

La monarchie britannique compte bien être en phase avec l’ère du temps et marquer sa présence sur Internet. Après Youtube pour les vidéos, Flickr pour les photos, et Twitter pour des informations en temps réel, la Reine d’Angleterre vient d’investir le réseau social Facebook. Impossible toutefois de devenir ami avec Sa Majesté qui y a créé une page et non un profil. Les internautes pourront tout de même lui envoyer des messages et commenter les photos de la famille royale.

LA VIDÉO DU JOUR

Il s’appelle Jesse. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est un chien bien dressé. La petite bête accomplit en effet de très nombreuses tâches dans la maison. Il a ainsi su se rendre indispensable au quotidien. Sortir la poubelle pour y jeter un objet ou encore déposer sa gamelle dans le lave-vaisselle. Autant de missions qui ne semblent pas faire peur à Jesse.
 

Par Electron Libre

Comments

COMMENTAIRE(S)

 
 
Les archives

09/07/2014 Réseaux sociaux

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

Au sommaire de cette édition : la Toile kényane réclame plus de démocratie ; les travailleurs philippins dénoncent en ligne leurs conditions de travail ; et une vidéo embarquée...

En savoir plus

08/07/2014 Réseaux sociaux

La montre du "calife" de l'EIIL intrigue la Toile

Au sommaire de cette édition : la montre du "calife" de l’État islamique intrigue le web ; les internautes italiens dénoncent le manque d’accessibilité des transports public aux...

En savoir plus

07/07/2014 Réseaux sociaux

Des internautes ordinaires surveillés par la NSA

Au sommaire de cette édition : le Washington Post publie une nouvelle enquête sur les écoutes de la NSA ; une Barbie chauve va être commercialisée pour les enfants atteints du...

En savoir plus

05/07/2014 Réseaux sociaux

Face aux géants du web, les hotêliers français s'organisent

Près d'une réservation hôtelière sur deux se fait aujourd'hui via des agences de voyages en ligne. Un chiffre en constante augmentation qui inquiète les professionnels du...

En savoir plus

04/07/2014 Réseaux sociaux

Mobilisation contre le bizutage aux Philippines

Au sommaire de cette édition : les internautes philippins se mobilisent contre le bizutage à l’université ; une jeune chasseuse américain provoque la polémique en ligne ; et un...

En savoir plus