Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

Afrique

Des pirates libèrent deux otages britanniques après plus d'un an de détention

Vidéo par Noémie ROCHE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/11/2010

Des pirates somaliens ont relâché Paul et Rachel Chandler, un couple de retraités britanniques qu'ils retenaient en otage depuis plus d'un an. Pour l'heure, aucun responsable engagé dans les négociations n'a mentionné le versement d'une rançon.

AFP - Des pirates somaliens ont libéré dimanche un couple de retraités britanniques, Paul et Rachel Chandler, enlevés il y a plus d'un an au large des Seychelles à bord de leur voilier, a constaté un correspondant de l'AFP, à Adado, dans le centre de la Somalie.

Après 388 jours de détention, Paul et Rachel Chandler sont arrivés dans cette ville proche de la frontière avec l'Ethiopie et ont été remis par les pirates aux forces du gouvernement auto-proclamé de la région autonome de Himan et Heeb. Ils avaient été amenés dans la nuit de la ville d'Amara (centre) où ils ont passé la majeure partie de leur captivité.

Le couple semblait fatigué mais heureux alors qu'on lui remettait des téléphones portables pour appeler leurs proches, aussitôt après être entré dans l'enceinte du quartier général administratif de la région, sous haute surveillance, selon le correspondant de l'AFP.

"Non, nous n'avons pas été bien traités", a déclaré Rachel Chandler à son arrivée, en réponse à une question.

"Ils vont bien. Ils prennent leur petit déjeuner", a affirmé ensuite à l'AFP le chirurgien Abdi Mohamed Helmi "Hangul" qui a joué un rôle important dans leur libération.

"Ils semblent en relativement bonne santé mais ils doivent être examinés", a-t-il ajouté. "La sécurité est énorme ici, dans le camp et en dehors, il ne peut rien leur arriver".

Les Chandler avaient les mêmes vêtements qu'ils ont portés pendant presque toute leur captivité et ils ont été invités à prendre une douche dans le quartier général du "président" Mohamed Moalim Aden Ticey.

Le couple, originaire du Kent, a ensuite quitté Adado à la mi-journée (09H00 GMT) pour s'envoler vers Mogadiscio pour une courte étape, avant de gagner Nairobi.

Un accord avait été trouvé avec les pirates ces derniers jours et si aucun responsable engagé dans la négociation n'a mentionné le versement d'une rançon, les anciens de la région ont affirmé que les Chandler avaient été libérés moyennant une somme d'argent.

"Près de 320.000 dollars ont été versés aux pirates", avait affirmé samedi à l'AFP Abdullahi Mohamoud, un ancien, à Adado. Cette somme s'ajouterait aux 400.000 dollars déjà versés lors d'une tentative de libération qui avait échoué plus tôt cette année. Certains ont évoqué un montant proche du million de dollars. Les pirates avaient au départ exigé sept millions de dollars.

Le montant de la rançon aurait été réuni par la famille Chandler et par des membres de la diaspora somalienne, le gouvernement britannique étant strictement opposé à tout versement de rançon.

Les Chandler avaient été enlevés le 23 octobre 2009, un jour après avoir quitté les Seychelles où ils avaient passé plusieurs semaines de vacances, s'aventurant dans l'Océan Indien à bord de leur yacht -le Lynn Rival-, à la surprise des pirates eux-mêmes.

"C'est vraiment de la chance! Personne ne s'attendait à ce que deux (plaisanciers) osent naviguer ces temps-ci dans l'océan Indien à bord d'un voilier", avait alors commenté le chef d'un des groupes de pirates somaliens, Abdi Yare.

Première publication : 14/11/2010

  • SOMALIE

    Les pirates exigent 7 millions de dollars pour libérer deux otages britanniques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)