Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardifs sont rarement désintéressés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

FOCUS

Trois ans après l'annexion, un pont entre la Russie et la Crimée cher à Vladimir Poutine

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fellag : 60 ans d’histoire de l’Algérie revisités avec humour et tendresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Brexit, début de l'implosion du Royaume-Uni ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Qatar va investir 5 milliards de livres au Royaume-Uni

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mystère Fillon"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc : après 5 mois de blocage, un gouvernement voit le jour

En savoir plus

FRANCE

Dominique de Villepin : "Nicolas Sarkozy s’égare"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/11/2010

Invité de l’émission "Politique" de FRANCE 24, Dominique de Villepin a de nouveau dénoncé la présidence de Nicolas Sarkozy, s'interrogeant sur le moment opportun de "réfléchir à une alternative politique".

Invité de l’émission "Politique" de FRANCE 24, Dominique de Villepin, a de nouveau critiqué Nicolas Sarkozy, "une sorte de président de l’UMP à l’Élysée". Dimanche, l’ancien Premier ministre avait provoqué un tollé en affirmant que le président de la République "est un des problèmes de la France". Revendiquant un esprit d’indépendance, "aujourd’hui mis à mal" par "les perroquets qui entourent le pouvoir", Dominique de Villepin persiste et signe.



"Nicolas Sarkozy est moins la réponse, la solution, à nos problèmes que le problème lui-même", a-t-il déclaré. Selon lui, "Nicolas Sarkozy s’égare, il a 16 à 17 mois pour se reprendre (…). Dans mon esprit, il n’a aucune chance de pouvoir défendre les couleurs de la majorité (ndlr : en 2012), s’il ne change pas". C’est dans le cadre de la tournée promotionnelle médiatique de son dernier livre intitulé "De l'esprit de cour, la malédiction française", publié aux éditions Perrin, que l’ancien Premier ministre a multiplié ces derniers jours ses attaques contre le locataire de l’Élysée. La rivalité entre les deux hommes s’était dernièrement exacerbée en marge de l’affaire Clearstream.

Insulte personnelle

Interrogé sur les critiques émises par certains de ses proches à la suite de sa petite phrase de dimanche, Dominique de Villepin a estimé qu’il s’agissait en réalité de messages adressés à Nicolas Sarkozy, car en ces temps de remaniement, "c’est à lui qu’il faut plaire". Le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, et Georges Tron, secrétaire d'État à la Fonction publique, deux villepinistes historiques, avaient vivement condamné les dires de leur ancien mentor. "On m’a reproché d’avoir été excessif ou même violent. La violence politique c’est de qualifier ma personne, un ancien Premier ministre, de fou. De le comparer comme le fait François Fillon à son chien (…). Je ne me suis jamais abaissé à l’insulte personnelle", a-t-il expliqué.

Alternative politique

"Je ne me suis jamais abaissé à l'insulte personelle"


À l’heure où les rumeurs vont bon train à quelques jours du remaniement ministériel annoncé de longue date par l’Élysée, Dominique de Villepin dénonce la course à Matignon. "On a vu prospérer toutes sortes de candidats et vu toutes sortes d’humiliations subies par ces ministres dans cette course à Matignon. Est-ce que c’est une façon de gouverner que d’humilier son entourage et les responsables politiques", s’est-il interrogé. L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac fait notamment allusion aux tiraillements observés ces dernières semaines entre les proches de François Fillon, l'actuel Premier ministre, et de Jean-Louis Borloo, ministre de l'Écologie.

Enfin, Dominique de Villepin, qui a fondé en juin dernier le mouvement politique République solidaire, a remis en question la légitimité de l’action du chef de l’État. "Nous sommes aujourd’hui au-delà du sarkozysme, nous devons nous interroger (…). Est-ce qu’il n’est pas temps de réfléchir à une alternative politique ?" a-t-il conclu.

Première publication : 10/11/2010

COMMENTAIRE(S)