Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Moyen-orient

La monarchie renforce son emprise sur le Parlement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/11/2010

Conséquence du boycott de l’opposition, les Jordaniens ont donné une majorité écrasante aux députés proches du trône hachémite. L'hémicycle, qui compte 120 sièges, enregistre 78 nouveaux venus, principalement pro-monarchistes.

REUTERS - La représentation des tribus bédouines, socle du trône hachémite, s’est accrue au parlement jordanien à la faveur des élections législatives de mardi, au détriment de la majorité palestinienne de la population.

Ce renforcement de l’emprise de la monarchie sur l’assemblée s’est effectué à la faveur du boycottage du scrutin par le Front d’action islamique, vitrine politique des Frères musulmans, et des partis de l’opposition libérale, ainsi que d’une relative apathie de la population.

Selon les chiffres officiels, 53% des trois millions d’électeurs inscrits ont participé au vote, contre 57% aux dernières élections, en 2007.

Pourquoi le Front de l'Action Islamique boycotte le scrutin jordanien

Un Parlement aux ordres de la monarchie ?

Mais le cheikh Hamza Mansour, leader du Front d’action islamique, a mis en doute ces chiffres officiels et présenté comme un succès le boycottage des fondamentalistes, qui constituent le principal courant d’opposition.

Le Front assure que son boycottage des urnes n’est pas un rejet du régime parlementaire mais un refus de la législation électorale actuelle, qui aboutit à surestimer l’influence des zones tribales au détriment des centres urbains, bastions des islamistes et des Palestiniens.

Ainsi le vote d’un électeur d’Amman a quatre fois moins de poids que celui d’un habitant de la localité de Maan, dans le désert. Il en est résulté qu’à Amman et à Zarka, où vit près de la moitié de la population, le taux de participation a été de 33%. Il a atteint 80% dans les zones tribales acquises au trône.

La composition pro-monarchiste du parlement de 120 sièges signifie que l’attachement du roi Abdallah II au traité de paix conclu en 1994 avec Israël ne saurait être remis en question.

Mais, si le Premier ministre Samir al Rifaï a démenti que ce serait un parlement aux ordres, Hassan Barari, professeur de science politique à l’université nationale, prédit le contraire.

Première publication : 10/11/2010

  • JORDANIE

    Les Jordaniens élisent leurs députés

    En savoir plus

  • JORDANIE

    Le roi Abdallah II dissout le Parlement et convoque des législatives anticipées

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    Areva décroche l'exploitation de plusieurs gisements d'uranium en Jordanie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)