Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions inter-religieuses au Nigeria : Multiplication de crimes contre des chrétiens

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Erdogan : "Les putschistes avouent que les instructions sont venues de Gülen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le G20 presse le Royaume-Uni de lancer ses négociations commerciales avec l'UE

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nice, l'indécente polémique"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

Sports

Le Gaël Monfils nouveau est arrivé

Texte par Éric MAMRUTH

Dernière modification : 11/11/2010

Gaël Monfils a connu une entrée en lice difficile, mardi, aux Masters de Paris-Bercy, face à Benjamin Becker. Numéro un français du tournoi en l'absence de Jo-Wilfried Tsonga, la "Monf" n'est pourtant pas en baisse de régime, bien au contraire.

Une poche de glace sur le coude, une autre autour du genou. Telle une momie, Gaël Monfils est venu raconter aux journalistes son étonnante entrée en lice aux Masters de Paris-Bercy. Mené 4 à 0 dans le premier set par l’Allemand Benjamin Becker, 59e joueur mondial, le Français a serré les dents, faisant abstraction de ses douleurs et de sa lassitude de fin de saison, pour revenir au score.

Ravalant sa frustration, mettant enfin ses frappes dans le court, retrouvant peu à peu ses jambes, le finaliste de l'an dernier a gagné au mental (7-6, 6-4) un match qu’il aurait sans doute perdu il y a encore quelques mois.

Cet automne en effet, tout porte à croire que le Monfils nouveau est arrivé. Plus posé, plus concentré, moins excentrique sur le court, "l’homme caoutchouc" a mis du plomb dans sa cervelle. Aidé en cela par son coach australien Roger Rasheed, qui allie poigne de fer et tendresse d’un père, mais aussi par une psychologue, il a passé un cap et gagné en maturité. Ses résultats le prouvent avec, dernièrement, un quart de finale à l’US Open et un titre récolté à Montpellier.

La magie de la Coupe Davis l’a également transformé cette année. En trouvant enfin sa place en équipe de France et en s’ouvrant à son capitaine Guy Forget, il a joué en patron, gagnant avec brio ses matchs contre l’Allemagne, l’Espagne et l’Argentine.

Aujourd’hui numéro un français en l’absence de Jo-Wilfried Tsonga, le joueur, classé 14e mondial à l'ATP, n’a certainement pas fini de grandir.

Première publication : 10/11/2010

  • MASTERS DE PARIS-BERCY

    Gilles Simon et Roger Federer au micro de RFI

    En savoir plus

  • MASTERS DE PARIS-BERCY

    Novak Djokovic pense à Bercy avant la Coupe Davis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)