Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EUROPE

La meurtrière du banquier Edouard Stern a retrouvé la liberté

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/11/2010

Incarcérée depuis mars 2005 en Suisse, Cécile Brossard a été libérée mercredi après avoir purgé les deux tiers de sa peine de prison pour le meurtre de son amant, le banquier Edouard Stern, avec lequel elle entretenait une liaison tumultueuse.

AFP - La Française Cécile Brossard a été libérée mercredi, alors qu'elle avait été condamnée l'année dernière à huit ans et demi de prison pour le meurtre de son amant le banquier Edouard Stern lors d'ébats sado-masochistes à Genève, a indiqué à l'AFP l'un de ses avocats.

Selon Me Alec Reymond, "elle est sortie ce matin de Riant-Parc", une maison d'arrêt installée dans une villa à l'aspect cossu qui accueille des femmes en régime de semi-détention ou en semi-liberté.

Cécile Brossard, incarcérée en mars 2005, peu après la mort du financier, fait l’objet d’une interdiction d’entrée sur le territoire suisse, prononcée par les autorités fédérales, pour une "période de dix ans", selon son avocat, qui a confirmé une information du journal suisse Le Matin.

Selon le quotidien helvétique, Mme Brossard a été raccompagnée dans la matinée "à la frontière par des agents genevois".

Début novembre, Me Alec Reymond, avait expliqué à l'AFP que sa cliente allait "sortir en novembre, après avoir purgé les deux tiers de sa peine" suite à une décision rendue par un tribunal genevois qui a estimé que Mme Brossard "se comportait bien".

Il avait souligné qu'à sa libération Mme Brossard comptait partir vivre en France, où se trouvent ses amis et sa famille.

Dans un courriel envoyé lundi à l'AFP, Cécile Brossard explique avoir pris "par respect pour la mémoire d'Edouard Stern et de sa famille (...) la ferme décision de ne faire aucune déclaration ni sur l'affaire, ni sur sa détention, ni sur ses projets".

Elle "incite ainsi les journalistes et les médias à s'abstenir de chercher à l'atteindre ou à l'interviewer."

Selon le quotidien Le Parisien, Mme Brossard a bénéficié d'un congé de fin de peine afin d'anticiper de quelques jours sa libération en toute discrétion.

A sa sortie, elle a été accompagnée par sa soeur chez qui elle devrait résider quelque part en région parisienne, a précisé le journal.

Durant sa détention, la meurtrière du banquier avait été affectée aux cuisines de l'établissement et elle avait été autorisée à sortir pour de courtes périodes qui se sont allongées progressivement jusqu'à sa mise en liberté conditionnelle.

Cécile Brossard avait tué son amant de quatre balles, tirées à bout portant, le 28 février 2005. En mars 2010, elle avait été transférée de la prison pour femmes d'Hindelbank, dans le canton de Berne, à l'établissement pénitentiaire de Riant-Parc.

Lors de sa condamnation, les jurés de la Cour d'assises de Genève avaient souligné le caractère "particulièrement lâche" du meurtre commis par Mme Brossard sur un homme désarmé, mais avaient tenu compte des "regrets profonds" de l'accusée, de son "enfance difficile" et du comportement "humiliant, harcelant et cruel par moments" de son amant avec qui elle entretenait une "liaison tumultueuse".

Première publication : 11/11/2010

COMMENTAIRE(S)