Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Reconduit au poste de Premier ministre, Al-Maliki doit former un gouvernement

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/11/2010

À peine réélu président par les députés, le Kurde Jalal Talabani a reconduit le chiite Nouri al-Maliki au poste de Premier ministre, en vertu d'un accord sur le partage des pouvoirs. Ce dernier doit former un nouveau gouvernement.

AFP - Le processus politique pour la formation d'un nouveau gouvernement en Irak a été mis en marche jeudi après huit mois d'impasse, avec la réélection, quoique dans une ambiance tendue, du président Jalal Talabani qui va désigner Nouri al-Maliki Premier ministre.

Aussitôt après sa réélection lors d'une séance au Parlement boycottée par des dizaines de députés, M. Talabani, d'origine kurde, a annoncé son intention de charger M. Maliki, Premier ministre sortant chiite, de former le gouvernement.

Explications de notre correspondant Lucas Menget, envoyé spécial à Bagdad



"Je vais demander à M. Maliki de former le cabinet", a-t-il dit en prêtant serment devant le Parlement.

Il a fallu un second tour pour élire pour un nouveau mandat de quatre ans M. Talabani par 195 voix sur 213, alors que 18 votes ont été invalidés.

Avant lui, le député sunnite Oussama al-Noujaifi de la liste Iraqiya du rival de M. Maliki, Iyad Allawi, a été choisi président du Parlement par 227 voix et 68 bulletins nuls.

Ce scénario de sortie de huit mois de crise, minutieusement préparé lors de trois jours d'âpres négociations, consacre la répartition ethnique et confessionnelle des trois plus importantes charges du pays: le président de la République doit être kurde, le Premier ministre chiite et le chef du Parlement sunnite.

Mais la marche du processus politique a connu une fausse note.

Peu avant le vote pour l'élection de M. Talabani, deux tiers (une soixantaine) des députés d'Iraqiya ont quitté la séance, en dénonçant le non respect selon eux des conditions fixées par leur liste à sa participation au scrutin.

"Nous avons décidé de quitter la séance car nous avons été au Parlement avec de bonnes intentions mais les autres nous ont poignardés dans le dos", a affirmé Saleh al-Moutlaq, l'un de ses dirigeants.

"Nous ne reviendrons pas sans garanties internationales. Il était prévu qu'après l'élection du président du Parlement et des deux vice-présidents, on procéderait à un vote levant le bannissement à l'encontre de trois personnalités d'Iraqiya accusées d'avoir été membres du parti Baas", selon lui.

La prochaine séance du Parlement a été fixée à samedi.

Fort de la première place de sa liste aux législatives du 7 mars, M. Allawi convoitait le poste de Premier ministre et s'est fait tordre le bras pour accepter de présider le Conseil national de la politique supérieure (CNPS), une nouvelle instance avec des pouvoirs exécutifs.

Dans un communiqué, sa liste a cependant posé quatre conditions à son acceptation de l'accord de sortie de crise: vote d'une loi créant le CNPS, l'examen par une commission ad hoc de la situation des prisonniers politiques, officialisation par écrit de l'accord de partage du pouvoir et l'annulation des décisions de bannir trois membres d'Iraqiya pour leurs liens présumés avec le Baas de l'ex-président Saddam Hussein.

Selon le député d'Iraqiya Moustafa al-Hiti, le président américain "Barack Obama a assuré M. Allawi que le CNPS serait un organe décisionnaire et que la loi l'instituant serait votée avant la formation du gouvernement". C'était Washington qui avait formulé l'idée du CNPS pour sortir de l'impasse.

Les Etats-Unis, qui devront retirer les quelques 50.000 soldats toujours déployés en Irak d'ici la fin 2011, ont salué l'accord comme un "grand pas en avant" et se sont félicités du fait qu'il comprend "les pôles majeurs des groupes ethniques et religieux et n'exclue ou ne marginalise personne".

Le déblocage de la crise politique fut ardu en raison de l'antagonisme opposant M. Maliki, accroché à ses fonctions bien que sa coalition n'ait obtenu que 89 sièges au scrutin, et M. Allawi qui accuse son rival d'accaparer le pouvoir.

"Dans les dernières minutes de la réunion mercredi, nos frères d'Iraqiya ont adopté une attitude de grande responsabilité en décidant de participer au gouvernement et à la réunion du Parlement", avait dit le dirigeant kurde Massoud Barzani.

 

Première publication : 11/11/2010

  • IRAK

    Oussama al-Noujaifi élu président du Parlement irakien

    En savoir plus

  • IRAK

    Accord trouvé sur la répartition du pouvoir

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Al-Qaïda revendique l'attaque contre des chrétiens d'Irak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)