Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

L'organisation de "l'État islamique s'étend et se consolide dans des espaces abandonnés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls veut fermer des mosquées salafistes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : regain de violences à Bujumbura

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tsipras sème la zizanie entre la France et l’Allemagne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les rivages de la Grèce"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les États-Unis et Cuba officialisent leur rapprochement

En savoir plus

DÉBAT

Terrorisme en France : l'islam radical dans le viseur (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Terrorisme en France : l'islam radical dans le viseur (partie 2)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sur les traces du financement de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

EUROPE

Dmitri Medvedev veut faire le ménage dans les services secrets

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/11/2010

Le président russe a demandé au service de renseignement extérieur de faire le ménage dans ses rangs. En juin, la trahison d'un agent avait permis le démantèlement d'un réseau d'espions aux États-Unis

REUTERS - Le président Dmitri Medvedev a demandé au SVR, le service de renseignement extérieur russe, de faire le ménage dans ses rangs après la trahison d'un de ses agents qui a entraîné cet été le démantèlement d'un réseau d'espionnage aux Etats-Unis.

"Il doit y avoir une enquête et des leçons doivent être tirées", a-t-il dit vendredi à des journalistes à l'issue du sommet du G20 à Séoul.

Moscou s'est lancé dans la traque de l'agent double qui a infligé aux services secrets russes l'un de leurs plus sérieux revers depuis la fin de la Guerre froide, selon le journal russe Kommersant.

Celui-ci a affirmé jeudi que le colonel Chtcherbakov, responsable des opérations clandestines en territoire américain, était la taupe qui a informé Washington de l'existence de ce groupe d'agents infiltrés.

"Pour moi, ce que dit Kommersant n'apporte rien de nouveau. J'étais au courant le jour même où cela s'est produit", a dit Dmitri Medvedev aux journalistes à Séoul.

Les commentateurs s'interrogent sur les conséquences de cette affaire sur l'image du SVR et l'avenir de son chef, l'ancien Premier ministre Mikhaïl Fradkov.

Une source anonyme citée par Kommersant avance que Fradkov pourrait être limogé et que le SVR pourrait être intégré au Service fédéral de sécurité (FSB), qui a succédé au KGB.

L'affaire a fait grand bruit fin juin, conduisant à l'arrestation de dix ressortissants russes qui ont tous plaidé coupables devant la justice américaine avant d'être échangés deux semaines plus tard à Vienne contre quatre prisonniers condamnés en Russie pour contacts avec des services occidentaux.

Chtcherbakov, dont le prénom n'est pas mentionné par Kommersant, a quitté la Russie quelques jours avant que le FBI n'annonce le 28 juin le démantèlement du réseau, précise le journal selon lequel les jours de l'officier seraient comptés.

"Nous savons qui il est et où il se trouve", a averti un haut fonctionnaire russe cité par Kommersant.

En annonçant les arrestations, les autorités américaines avaient révélé que le réseau d'espionnage opérait depuis dix ans aux Etats-Unis, que ses membres avaient adopté de fausses identités et s'étaient fondus avec succès dans la société.

Kommersant raconte que Chtcherbakov travaillait depuis longtemps comme agent double pour Washington et avait refusé une offre de promotion peu avant que n'éclate le scandale, redoutant sans doute de devoir passer un test au détecteur de mensonges,
routinier dans ce genre de cas.

Première publication : 12/11/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les renseignements américains démantèlent un réseau d'espionnage russe

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Grosse colère russe après l'arrestation d'espions présumés aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Selon Washington, "l'affaire des espions" n'affecte pas ses relations avec Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)